Drogue dans la police : Le Président exige un rapport dans les plus brefs délais, Pathé Seck boucle l’enquête dans 48 h

Le communiqué du Conseil des ministres est laconique : «Le ministre de l’Intérieur a fait au Conseil une communication pour faire le point sur les allégations portées contre le Directeur général de la Police et publiées dans la presse. general pathé seck

Le ministre a indiqué que des enquêtes sont en cours pour faire toute la lumière sur cette affaire.» Il ajoute : «Le chef de l’Etat a exigé que les résultats de l’enquête diligentée par l’Inspec­tion des services de sécurité lui soient communiqués dans les meilleurs délais, afin que les mesures appropriées soient prises.»

Sans doute, l’ambiance n’était pas glaciale. Mais, le communiqué ne restitue pas la teneur réelle des discussions de cet instant solennel.
Hier, le ministre de l’Intérieur a reconnu le ton maladroit de ses propos. Dans sa première réaction, il a assimilé ce scandale en «un duel fratricide» entre hauts fonctionnaires de la Police.

Alors qu’il s’agit d’une gravissime affaire de trafic de drogue qui implique le Directeur général de la Police nationale. Le Président Macky Sall ne pouvait pas cautionner cette attitude désinvolte et cette fuite de responsabilités d’une autorité chargée de réguler le fonctionnement d’un département ministériel qui s’est retrouvé au cœur de la vague à cause de ce scandale.

Aveux Seck. Il a dit que les propos sont sortis… comme ça. Après son mea culpa, l’ancien Haut commandant de la gendarmerie à la retraite a  réajusté son discours.

Samedi décisif
Face à l’urgence de l’heure et aux nombreuses questions à élucider (vite et bien), Pathé Seck a expliqué que l’Inspection des services de sécurité est en train de mener ses investigations. Il a soutenu que les «protagonistes» (les commissaires Ab­doula­ye Niang et Cheikh Keïta) sont en train d’être auditionnés. Le seul hic : Il n’y a qu’un seul officier dont le grade permet de les entendre pour tirer cette affaire au clair. Ce qui justifie, selon lui, le retard constaté jusqu’ici sur la publication des résultats de l’enquête. Il a promis de déposer son rapport sur la table du président de la République dans 48h. C’est à dire le samedi.
Sans doute, il veut restaurer sa réputation chahutée par son comportement laxiste. Mais, il était sous la pression de Macky Sall. Ce dernier veut connaître dans les «plus brefs délais» la véracité du contenu du rapport du commissaire Keïta. Avant son voyage prévu samedi pour Ouagadougou et Braz­zaville, il veut prendre ses responsabilités. Weekend décisif. l
bsakho@lequotidien.sn

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*