Ebola: les trois pays les plus frappés pourraient bénéficier d’une annulation de dette

EBOLA« Les donateurs ont été assez généreux en annonçant un allègement de la dette, mais il va falloir aller plus loin et annuler complètement cette dette ». Cette déclaration est celle Carlos Lopez, le Secrétaire exécutif de la  Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) qui vient d’inviter la communauté internationale à annuler la dette des trois pays les plus frappés par l’Ebola.

La proposition d’annulation de la dette des pays touchés par Ebola a été faite par la CEA lors de sa dernière réunion qui s’est tenue le 15 décembre dernier à Addis Abeba (Éthiopie).

En effet, dans un rapport publié le 8 octobre 2014, la Banque mondiale faisait savoir que les pertes globales de croissance sur le Produit intérieur brut (PIB) cumulé des trois pays en valeur absolue, étaient de 356 millions $.

« Un des principaux enjeux sera de rétablir la confiance afin d’encourager la reprise des investissements domestiques et internationaux dès que l’épidémie sera contenue», a recommandé l’institution de Breton Hood. Très ravageur essentiellement au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée Conakry depuis son déclenchement, la fièvre hémorragique à virus Ebola a eu une grande incidence sur les économies de ces pays et dans une large mesure sur le développement des activités économique dans la sous-région ouest-africaine.

Ainsi, le Libéria, la Sierra Leone et la Guinée affichent actuellement une dette collective de 370 millions de dollars envers le Fonds Monétaire International (FMI). Pour la CEA, cette dette doit être annulée pour le fait que les récents rapports révèlant que les gouvernements de ces pays ont dû accroître leurs dépenses dans le secteur de la santé, dans le même temps où leurs revenus ont considérablement baissé à cause de l’épidémie.

La demande de la CEA reste une proposition. Reste à savoir si le FMI et les autres institutions vont accéder à cette demande pour soulager les trois pays dans le pétrin d’Ebola.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*