EDITO NETTALI: Tous aux abris !!!

idy idrissa seck-macky sallTout arrive. Le départ d’Idrissa Seck de la coalition Benno Bokk Yakaar était prévisible, prévu et annoncé. On ne savait juste pas quand il interviendrait. Depuis le 24 mars 2013, la veille de la célébration de l’avènement de son rival Macky Sall au Palais de l’avenue Roume, date à laquelle il avait « commis » un grand show radiotélévisé sur Gfm, racontant dans un torrent de larmes, sa disgrâce et la tentative de mise à mort qu’il avait subie et retrouvant ses atours de grand donneur de leçons, Idrissa Seck posait là, le top départ de l’opposition qu’il compte animer et dont il compte être la colonne vertébrale.

Il était illusoire de croire qu’Idy pouvait durablement supporter celui qui alors, tint le glaive qui s’abattit sur sa carrière. Les défections de « ses » ministres Pape Diouf et Omar Guèye, la succion-aspiration de Maître Nafissatou Diop vers les rives argentées de l’Apr, son écartement des agapes de la visite d’Obama, les parachutages d’inconnus de l’Apr à Thiès pour le titiller, tout cela n’était rien d’imprévisible. Et surtout, tout cela n’est pas important. Car, ce qui compte pour les Sénégalais, est de retrouver des paroles et des actes pluriels qui proposent des solutions à des problèmes que la pensée unique ne peut absolument pas circonscrire.

Or, que voyons-nous ? Des hommes politiques à l’aise dans une coalition hétéroclite, unie autour de l’unique « Yokkuté » pour eux et leurs amis, faisant fi de leurs supposées convictions doctrinales, qui participent au consensus mou qui mène droit à la pensée unique et à son dérivé le plus fréquent : la diabolisation de quiconque ose avoir un avis différent de celui qui est devenu LE VISIONNAIRE.

Moustapha Niasse et l’AFP, silence radio. Notre Mandela à nous, Dansokho, il a la tête bien ailleurs ; Bathily ne peut lui parler, il a la bouche pleine, et c’est mal élevé de parler la bouche… Tanor Dieng, silence radio. Alioune Tine ? Silence radio. Seul parfois Landing Savané, retrouvant avec l’âge, ses veines révoltées d’And Jef, pointe certains non-sens et ose se montrer circonspect. C’est léger. Entre Macky Sall et le peuple, il n’y a personne à part les diabolisés et poursuivis du Pds, qui ont du mal à capter ce besoin d’espace de contradiction.

Or, le peuple Sénégalais a des sérieux doutes sur la capacité des nouvelles autorités à les faire sortir de la mouise, avant même de les mettre, selon leur slogan sur le chemin de l’essor. En face de ces doutes, tous viennent leur dire que « tout va bien, Madame la Marquise », à commencer par ceux qui naguère semblaient être leurs véritables défenseurs de leur démocratie, les Abdoulatif Coulibaly, les Souleymane Jules Diop, les Alioune Tine, Jacques Habib Sy… Ce que semblent ignorer les tenant de la pensée unique, c’est qu’il est plus dangereux d’avoir seul le peuple en face de soi.

Là, réside l’intelligence d’Idrissa Seck, qui en procédant à une rupture de ban avec ses alliés, pose le fait qu’il ne compte d’abord pas être comptable de leur gestion. Ensuite, avec le Pds qui commence à sortir la tête de l’eau et à récolter l’effet « victimisation » de Karim, Idrissa Seck sait qu’il pourra incarner ce réceptacle de mécontentements et d’insatisfactions qui sourdent actuellement dans les propos des Sénégalais.

Idrissa Seck a conquis des galons d’opposants avec un sens aigu de la communication. Il les a perdus lors de ses « retrouvailles « avec Wade. Son capital sympathie s’est écorné, et il peut dès lors le reconstruire à la faveur de sa diabolisation par le pouvoir, combinée avec leur incapacité à résoudre les problèmes des Sénégalais et à laisser ouvert le champ démocratique. Il sait qu’il peut incarner l’opposition, car ce consensus mou est insupportable pour les Sénégalais, dont on sait la nature revendicatrice et passionnée.

Idy opposant historique, on peut dire que « ça va saigner ». Tous aux abris !!!

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*