EDUCATION-REACTION Déclaration de Macky Sall sur la grève des enseignants : des syndicalistes dénoncent une ''diabolisation''

Mamadou Lamine Diante SG du SaemsLe président de la République Macky Sall est en train de ”diaboliser les enseignants”, a indiqué samedi Mamadou Lamine Dianté, secrétaire général du Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire (SAEMS), affilié au Cadre unitaire des syndicats de l’enseignement moyen secondaire (SAEMS/CUSEMS).

‘’Ce qui nous inquiète c’est là où le président de la République a fait sa déclaration, parce que ce sont des questions qui relèvent du système éducatif qu’il va présenter à l’étranger au mépris des enseignants de son pays à qui il a confié la formation des enfants et également au mépris de la considération qu’il devrait avoir vis-à-vis de la presse nationale’’, a-t-il dit.

Mamadou Lamine Dianté s’exprimait au cours d’une conférence de presse organisée, suite à la sortie à Libreville, au Gabon, du président de la République Macky Sall sur la grève des enseignants.

Le président Sall a en effet déclaré sur les ondes de la RFM que l’Etat n’a pas les enseignants seulement comme préoccupations.

‘’Les enfants doivent être éduqués. Beaucoup de moyens sont déployés et pourtant il y a trop de perturbations. On ne peut pas développer un pays avec des grèves’’, avait souligné Macky Sall.

‘’Le Sénégal est un pays pauvre et chacun veut une augmentation de salaire. Il y a des Sénégalais qui n’en ont pas. Ils sont beaucoup plus nombreux que ceux qui en ont. Moins de 400.000 personnes en ont sur une population de 13 millions. L’Etat doit les aider aux aussi’’, avait-il martelé.

Pour M. Dianté, ‘’cela nous conforme à l’idée que le président de la République ignore nos préoccupations parce que aucunement nous ne réclamons une augmentation de salaire’’.

Il a ajouté : ‘’les aspects pécuniaires que nous réclamons sont liés aux indemnités de 2012 qui restent encore impayées dans toutes les académies du Sénégal, alors que nous sommes à quelques encablures des nouvelles sessions d’examens’’.

‘’Le reste ce sont des accords que nous avons dûment signés et qui sont relatifs à la formation diplomante des enseignants, aux renforcements des capacités académiques et pédagogiques des enseignants à travers des procédés professionnels et à une question d’équité et de justice par rapport à la validation des années de volontariat, de vacation, de contractualisation’’, a expliqué le syndicaliste.

‘’Il y a des gens comme les députés qui n’ont aucunement demandé une augmentation de salaire et qui l’ont eu alors pourquoi pas les enseignants qui ont en charge l’éducation des enfants?’’, s’est-il interrogé.

‘’L’autre analyse que nous en faisons c’est que cela nous conforte à l’idée qu’il y a bel et bien un complot ourdi contre le mouvement syndicat enseignant et contre les enseignants de façon générale’’, a dit Mamadou Lamine Dianté.

‘’Vous ne pouvez pas être dans un pays, en train de gérer des ressources humaines aussi diligentes que les enseignants et refuser toute forme de négociations (…)’’, a-t-il martelé.

‘’Et moment où de bonnes volontés, des autorités aussi respectables que le Grand Serigne de Dakar s’emploient à jouer la médiation pour ramener les deux parties autour d’une table (…), le président de la République en personne s’élève pour brouiller les cartes’’, a-t-il déploré.

La rencontre s’est tenue en présence du CUSEMS, du SELS/Authentique,
du SAES, du Grand cadre des syndicats d’enseignants du Sénégal.

FD/AD

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*