Egypte: Plus de 400 migrants somaliens morts noyés au large

Naufrage_Migrants-libyens-sont-secourus-pres-des-cotes-italiennes-C’est un témoignage qui doit encore être vérifié mais qui fait froid dans le dos. Selon 41 rescapés qui se sont confiés à la BBC, un naufrage s’est produit en mer Méditerranée durant la nuit de dimanche à lundi en mer Méditerranée.

Selon les survivants, 240 migrants qui avaient quitté la Libye depuis le port de Tobrouk ont tenté un transfert en pleine mer sur un autre bateau contenant déjà 300 autres personnes. C’est alors que le drame se serait produit.

Les survivants ont eux été secourus par des gardes-côtes grecs qui les ont ramenés sur terre dans la ville (grecque) de Kalamata.

Les circonstances précises du drame restent à cette heure encore indéterminées mais il pourrait s’agir de la pire tragédie en Méditerranée depuis le début de l’année.

Plusieurs centaines de migrants – en majorité somaliens – qui tentaient de rejoindre l’Europe depuis la Libye se seraient noyés après le naufrage de leur embarcation le week-end dernier. C’est ce qu’affirment une quarantaine de migrants, sauvés dimanche matin au large de la Grèce.

“Pas de chiffres précis”

Comme le rappelle RFI, la rumeur d’un nouveau naufrage très important circule depuis lundi, après que les garde-côtes grecs ont repéré dimanche matin un bateau en détresse – moteur en panne – à 95 milles nautiques au large de Pylos, à l’ouest de la Grèce.

L’embarcation a alors été abordée par le “Eastern Confidence”, un cargo battant pavillon philippin, qui a embarqué à bord une quarantaine de migrants érythréens, somaliens, éthiopiens et égyptiens pour les ramener dans le port de Kalamata en Grèce.

Interrogés par la BBC, avant d’être placés en détention par les autorités grecques, plusieurs d’entre eux ont alors affirmé être les survivants d’un naufrage de très grande ampleur, survenu la nuit précédente au moment où les passeurs ont tenté de les transférer d’une embarcation à l’autre.

Selon ces témoignages, 240 migrants auraient quitté le port libyen de Tobrouk dans la nuit de samedi à dimanche en direction de l’Italie. C’est au moment où se groupe a du embarquer en pleine mer à bord d’un second bateau où s’entassaient déjà “au moins 300” autres personnes que les deux embarcations auraient chaviré.

Mais le nombre de migrants impliqués dans cette tragédie reste flou :

“Nous savons qu’il y a 41 survivants et qu’il y a avait peut-être 460 personnes à bord de l’embarcation partie d’Egypte”, a avancé Beat Schuler, du HCR, Agence des Nations unies (ONU) pour les réfugiés.

Aucun bilan officiel

Publiée dans un premier temps par le service en arabe de la BBC, l’information a été reprise dans la foulée par des médias italiens, occasionnant de nombreuses réactions officielles.

Dès lundi, le président Sergio Mattarella, a déclaré que “plusieurs centaines de personnes” avaient probablement perdu la vie dans le naufrage. De son côté, le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a estimé que ces naufrages constituaient “une nouvelle raison pour l’Europe de s’engager à ne pas construire des murs”.

Le gouvernement somalien a également réagi : “Nous n’avons pas de chiffres précis, mais il s’agit de 200 à 300 Somaliens”, a expliqué le ministre de l’Information Mohamed Abdi Hayir ajoutant que “la majeure partie” des 500 personnes sans doute à bord de l’embarcation étaient mortes.

“Nous ne disposons pas de nombre clair et net car ils faisaient la traversée clandestinement”, a-t-il ajouté.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a confirmé de son côté l’existence d’un “probable naufrage” mais n’a pas encore pu faire officialiser l’information par les autorités italiennes, égyptiennes ou somaliennes.

“Nos agents attendent toujours de pouvoir interroger la quarantaine de rescapés et obtenir des informations sur un éventuel naufrage de grande envergure”, explique à “l’Obs”, Flabio Di Giacomo porte-parole au Bureau de coordination pour la Méditerranée de l’OIM.

S’il venait à être confirmé, ce nouveau drame interviendrait un an jour pour jour après le pire naufrage en Méditerranée depuis des décennies. Dans la nuit du 18 au 19 avril 2015, un chalutier surchargé de migrants avait sombré après avoir percuté à trois reprises le cargo portugais envoyé à son secours. Seuls 28 des 800 personnes entassées sur le bateau avaient survécu.

Afrique Monde avec agences

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*