Elections législatives en Italie : aucune majorité n’émerge, les partis anti-européens font le plein

A woman looks at the list of the parties at a polling station in Rome, Italy, March 4, 2018. REUTERS/Max Rossi

Le point sur la situation en Italie lundi à 7 heures du matin :

– Au vu des premiers résultats partiels et des estimations fournies par les médias italiens, la coalition de droite et d’extrême droite formée par la Ligue du Nord de Matteo Salvini (16,7 %), Forza Italia de Sivlio Berlusconi (14 %) et le petit parti Fratelli d’Italia (Frères d’Italie, 4 %), obtient près de 37% des voix.

– De son côté, le Mouvement cinq étoiles réalise un score historique avec près de 32 % des voix.

– Le Parti démocrate (PD, centre gauche) de Matteo Renzi a de son côté confirmé dans les urnes le mauvais résultat anticipé par les sondages avec un score inférieur à 20%, selon ces estimations, soit moitié moins que celui obtenu aux élections européennes de 2014.

La rédaction vous conseille Législatives en Italie : Silvio Berlusconi, l’inusable Édito : l’Italie et la crise sans finVictoire de la coalition droite-extrême droite »Il est peu probable que l’un de ces trois prétendants puisse arriver à la majorité absolue, mais il y en a un, un seulement, qui pourrait y arriver.

La coalition rassemble quatre partis, dont Forza Italia (FI, centre droit) de Silvio Berlusconi et la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini, qui sont également engagées dans une compétition interne.

Si ces chiffres sont confirmés, la coalition n’aura pas la majorité parlementaire nécessaire pour gouverner mais son principal dirigeant sera Matteo Salvini… à condition que Silvio Berlusconi tienne sa parole et se range bien derrière lui.

Selon les premières projections issues de sondages à la sortie des urnes hier soir, à prendre avec prudence, le Mouvement 5 étoiles pourrait être le premier parti du pays avec 29 à 32 % des voix (196 à 246 sièges).

Mais c’est la coalition droite-extrême droite, menée par Forza Italia et la Ligue du Nord qui emporterait le plus de sièges, avec une estimation de 33 à 36 % des votes exprimés (214 à 264 sièges).

La Ligue du Nord aurait, toujours selon les estimations, une légère avance dans les urnes sur Forza Italia.

De premières estimations à la sortie des urnes donne entre 29% et 32% des voix en faveur du Mouvement 5 étoiles populiste.

Il serait devenu le premier parti du pays.

Selon les sondages réalisés pour la télévision publique Rai, les quatre partis de la coalition de droite-extrême droite obtiennent entre 31% et 41% des voix.

Silvio Berlusconi, leader du mouvement de centre droit Forza Italia, vote pour les législatives, le 4 mars 2018 à Milan © Miguel MEDINA AFP
Mais à l’intérieur de cette coalition, c’est la Ligue de Matteo Salvini, formation eurosceptique et anti-immigration, alliée de Marine Le Pen en Europe, qui est en tête.

Maurizio Martina (G), le ministre de l’Agriculture et membre du parti Démocrate (PD) et Matteo Orfini, président du parti PD, lors d’une conférence de presse le 5 mars 2018 à Rome © Tiziana FABI AFP
Désormais, « tout le monde devra parler avec nous », s’est réjoui l’un de ses dirigeants, Alessandro Di Battista, après une campagne dirigée contre la corruption et la « caste » politique italienne.

« D’abord les Italiens », « Stop à l’invasion », …les affiches électorales au siège de la Ligue à Milan (nord) rappelaient dimanche ces grands thèmes martelés par Matteo Salvini, 44 ans, tout au long de sa campagne, du nord au sud de la péninsule.

lepoint.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*