Emission Xew Xewi Rewmi du mardi 19 Decembre 2017 avec Ahmadou Diop: La république des procès politiques baroques, hérétiques établit-elle un caractère pédagogique ?

Décryptage d’un Gouvernement de  Capharnaüm  de la tête aux pieds ?

Ceux qui nous dirigent d’une main  de fer et nous tiennent en laisse, sont-ils vraiment  sereins ?  Ou ont-ils quelque à se reprocher,  qu’il faille appuyer sur l’accélérateur  pour qu’il  ait  davantage  de procès loufoques motivés  à la surenchère  en  permanence ?   Personnellement,  je  le crois

La graine avariée ne peut produire le contraire.  Comparons l’actuel pouvoir politique   avec  son devancier ! Qui peut parler de progrès, économiques, pérennes, en termes de sincérité, de droiture,  de démarche  démocratique,  de  santé  et   de  la liberté   des consciences ?  Les  flagorneurs encordés,  tressent,  passent leur temps  à  tresser  des litanies  d’inepties démentielles de piètre qualité   en faveur de  l’imposteur déclaré, lequel    ne dispose  probablement  que des qualités, mais jamais de défauts.

À  Chaque Magistère,   correspondent  son lot de fadaises et  sa  particularité. Le dernier venu est   le pire. Curieusement pendant la campagne électorale,  le candidat  tient des discours mielleux et lénifiants,    mais aussi extraordinaire cela que  puisse paraître,  l’impétrant , qui   a goûté  les plaisir du pouvoir et  vécu  sous  les lambris  dorés du plais,  change  son fusil d’épaule,  se décharge, se défausse  de tout , comme si le pouvoir rend fou, pour celui qui en abuse,  et qui n’était bien préparé pour occuper ledit siège,  oublie  sciemment  les  promesses pour lesquelles il a été élu

 La crédibilité est source de contre- vérités,  selon la conception  étriquée  du machiavel sénégalais, se défausse  à longueur  de journées sur tout,  rejette toute  la responsabilité à ses adversaires politiques immédiats, qu’il compte réduire  à sa plus simple expression.

Décidément à la moindre incartade,   tout devient systématiquement  un délit ou presque,  pour un oui  pour un non.  Les indignés  qui veulent garder et garantir  leur indépendance,  sont jetés en  lambeau et en pâture, en paient  les  frais de la rupture éclopée. L’ignominie  est-elle  devenue l’unique  option possible, comme système de gouvernance pourrie de la tête aux pieds ?  La  mauvaise marmite se sent par son odeur.

 La seule vocation qui vaille  dans ce pays se réduit –elle  à la bouche cousue ?   Le  taux  de  croissance se mesure- t-il   à  des  compilations  de  mensonges  et de menaces  rituelles , qui  pèsent, comme l’épée de Damoclès   de tout citoyen dégagé de tout complexe, pour que les sottises deviennent    une pédagogie véridique,  devant l’éternel ?

Voilà donc  le talisman  auquel  s’évertuent  inlassablement les fripouilles pouilleuses négationnistes, depuis, hélas, le regrettable historique !

La montagne a accouché d’une souris, puisque malheureusement,  le rouleau compresseur, se transforme  peu à peu quotidiennement  en  enfer  pour les populations qui ne savent plus à quel saint se vouer.    Normal,  lorsque  les cirques électoraux  se jouent  exclusivement  dans la cour des voleurs en bande organisée. Comme on dit, les mêmes causes  irréfragables,  reproduisent les mêmes effets nocifs.  Que voulez-vous ? La majorité des sénégalais votent  quantitativement, ne votent  pas librement,  rationnellement en toute connaissance,  mais par suivisme ou par régionalisme, ou par appartenance ethnique, religieuse   Il va de soi qu’il  en soit toujours ainsi.

En politique  tout se tient.  Point n’est besoin de  savoir que le poste de nomination  n’est qu’une simple vue de l’esprit.  . Le poste des nominations tan sa bula nex autorise tous les excès  possibles.

La Gouvernance  tortionnaire,  bancale des acrobates, s’acclimate  sur ses  mensonges grossiers, ethnique,  entre autres,  des  prévarications,   des cueillettes de jour comme nuit, s’amoncellent  les unes  après  les autres le tout  aligne des chiffres bidonnés, ne reposent aucun  critère rationnel.   Car  l’argent volé,  qui est faiseur de rois et d’opinions,  détermine la  comédie électorale en Afrique des fantoches, multimilliardaires des Presdigitateurs de la magie noire.  Et  dans une moindre mesure, quoiqu’il en soit,  la majorité des citoyens suivistes, se transforment en moutons tondus, votent,  crachent sans le savoir, contre ses propres intérêts C’est devenu un secret de polichinelle.

Derrière un menteur professionnel, profanateur, mécréant jusqu’à l’abysse, se cache  nécessairement en toute logique  un voleur technicien en la matière,  utilise lâchement la force publique, qu’il considère comme ses auxiliaires de services, tous sont  brossés,  depuis  5 ans et sans répit, comme mode opératoire, digne des méthodes  fascistes.

Un gouvernement  carambouilleur, pourri, calamiteux, abuse dangereusement des deniers de l’état, s’érige  en guichet  automatique en toute impunité,  distribue à tout vent  l’argent des contribuables sénégalais,   épargne par devers son clan,  n’a d’existence  que  pour corrompre librement transvaser et transhumer  l’assemblage en jointure,  qui  se transforment  flétrissure de rabatteurs,  se convertissent   tous  lamentablement  en  politicards  mercenaires ,  se complaisent,  s’accommodent  de leur  posture  de pacotille, pour n’avoir qu’une faiblesse notoire   de la  puissance de l’argent facile.

Macky Sall à “Jeune Afrique : «il vaut mieux ne rien publier et cacher son patrimoine».

Le même homme déclarait : » j’ai bénéficié de privilèges relatifs à ma position d’ancien premier ministre ». Au regard de la morale, cela laisse pantois par un tel culot que le médiocre tente de blanchir en bonne et due forme.

In the Spotlight

Mohammed ben Salmane blessé

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Mohammed ben Nayef, ancien prince héritier saoudien, confirme sur son compte Twitter que le fils et successeur désigné du roi saoudien, Mohammed ben Salmane, avait été blessé au cours de la fusillade qui a eu [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*