Emploi des jeunes : où est la vision ? Les Misérables !

“Réaffirmant sa volonté d’engager une forte dynamique de création d’emplois pour les jeunes, le Chef de l’Etat a décidé de la mise en place d’une structure de Coordination nationale des initiatives et projets mis en œuvre dans le cadre de la politique d’emploi des jeunes”, dixit le communiqué publié à l’issue du conseil des ministres du 11 juillet dernier.BOL baa bradaba douche baa

 

“Structure de coordination” ? Par là, l’Etat entend-il enfin harmoniser sa politique de promotion de l’auto-emploi en réunissant -pour les rendre plus efficaces- en une seule entité le Fonds national de Promotion des Jeunes (Fnpj), l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes (Anej), celles qui s’activent dans la banlieue dakaroise et tutti quanti. Sans parler de la Direction de l’emploi logée au ministère éponyme. On dirait alors bravo !

Mais si “structure de coordination” veut dire une nouvelle méga-agence qui jetterait son ombre tutélaire sur les autres organisations déjà en place, alors là, ce serait un recul pour ne pas dire plus ! Pourquoi donc, croyez-vous qu’un début d’incendie a fait plus de peur que de mal ce lundi 15 juillet dans les locaux du Fnpj ? Il ne faut pas que ce court-circuit là en appelle d’autres, qui remettraient les choses à l’endroit : Plus de cinq structures budgétivores pour le seul emploi des jeunes et avec quels résultats ?

Finalement, ces organismes censés booster l’emploi des jeunes sont devenus des “sucettes” de la République, à offrir à un personnel politique en mal de “place” autour du gâteau. Combien de salaires à coups de millions, combien de véhicules de luxe, combien de litres de carburant ?

Les seul emplois finalement créés sont ceux propres à l’administration de ces “non sens”. De quoi a peur ce gouvernement pour taper dans la fourmilière d’autant que les signaux sont au rouge. Dans les grands secteurs pourvoyeurs d’emplois, comme l’industrie, certains patrons de grands groupes ont frisé l’apoplexie.

L’initiative privée -principale panacée au chômage des jeunes- est-elle réellement soutenue ? Argentiers de l’Etat, fiscalistes, patronat, mouvements de jeunesse, tous ont leur mot à dire et ce n’est pas gagné d’avance tant les intérêts sont divergents ! Mais, dans une sorte de politique de cache-cache, le gouvernement semble opter pour les cas par cas, secteur par secteur, domaine par domaine.

Beaucoup de jeunes ne prennent plus les pirogues pour rallier l’Espagne. L’équipe du PM Abdoul Mbaye invoque à tout-va l’Agriculture, la Formation professionnelle, les nouveaux métiers liés aux services, la mutualisation des idées pour faire baisser le taux de chômage. Si cette méthode a un certain panache, elle pèche par son incohérence. C’est que les adversaires du président Macky Sall appellent “l’absence de vision”.

Pourtant, l’emploi des jeunes est l’une des principales variables qui vont jouer en 2017, comme d’habitude au Sénégal depuis 1988. Les Apéristes l’ont-ils seulement compris ? Les jeunes qui ont porté Macky Sall au pouvoir sont les mêmes qui se réveillent le matin à la recherche d’une piécette pour honorer le café fort du matin qui calmera, pour quelques heures, la rage qui les habite. Comme “Les Misérables” …

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*