En Indonésie, les femmes doivent être vierges pour entrer dans la police

693887-000_hkg10120712Human Rights Watch dénonce les tests de virginité auxquelles elles sont soumises.
«Nous avons dû nous déshabiller alors qu’il y avait vingt personnes dans la pièce. Nous ne nous connaissions pas. C’était très perturbant. J’avais peur de perdre ma virginité à cause du test. Ils ont introduit deux doigts. Ça faisait mal. J’ai une amie qui s’est évanouie tellement ça faisait mal.» La femme qui parle a 24 ans. Comme toutes les candidates pour entrer dans la police indonésienne, elle a dû subir un test de virginité. Dans un rapport publié ce mardi, l’organisation Human Rights Watch dénonce cette pratique «archaïque», «humiliante» et «discriminatoire». L’ONG a interrogé plusieurs femmes qui ont subi ce test. Les témoignages concordent: le «test des deux doigts» (pratiqué par des femmes) est toujours monnaie courante dans ce pays musulman et très conservateur.
«Je savais qu’il y avait un examen de santé, mais je n’ai su à propos du test que juste avant d’entrer dans la salle», se souvient une jeune femme de 18 ans, qui a subi le test à Bandung. «Le comité de sélection a dit aux candidates, juste avant “l’examen interne”, que l’on pouvait se retirer du processus de sélection si on ne voulait pas être soumise au test de virginité. Mais la plupart d’entre nous nous étions déjà tellement investies pour entrer dans la police… J’ai eu le sentiment de ne pas avoir le choix, parce que si je refusais, je ne pourrais pas entrer dans la police.»

Cette pratique était déjà en vigueur depuis 1965, selon une femme interrogée, retraitée de la police.

«Je ne veux pas me rappeler ces mauvaises expériences. C’était humiliant», dit aussi une jeune femme de 19 ans qui a subi le test à Pekanbaru, dans l’île occidentale de Sumatra. «Pourquoi devrait-on se déshabiller devant des inconnus ? Ce n’est pas nécessaire. Ça doit arrêter.»

Les femmes ne représentent que 3% des 400.000 policiers indonésiens. La police nie pratiquer ces tests, tout en expliquant qu’un «examen de santé complet» était réalisé sur tous les candidats afin de s’assurer qu’ils ne soient pas porteurs de maladies sexuellement transmissibles. Selon HRW, un document publié ce mois de novembre sur le site de la police précisait bien que toute candidate devait être vierge.

Liberation

In the Spotlight

Macky Sall, le Gourou de la Mal Gouvernance Familiale, coloniale : ou le Gouverneur-Falsificateur Lave À Grande Eau ses Péchés Originels À Paris et les Dessous contre l’extrémisme Sur Internet. Par Ahmadou Diop.

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

Pour une première fois, le président de la République a choisi d’emprunter le vol régulier d’Air Sénégal pour se rendre à Paris, le mardi 14 mai 2019,  titre  pompeusement  une certaine sarabande moutonnière, empestée, mensongère, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*