Entrée en vigueur de l’accord de pêche entre le Sénégal et l’Ue : 38 navires européens autorisés à opérer à nouveau au Sénégal

Les navires de l’Union européenne vont bientôt recommencer à pêcher dans les eaux sénégalaises. L’accord de pêche que le Sénégal a signé avec l’Union européenne le 25 avril dernier est entré officiellement en vigueur ce 20 novembre.

Un communiqué de la délégation de l’Union européenne au Sénégal renseigne que «cet accord signé par le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime du Sénégal, Omar Guèye, qui a tout spécialement effectué le déplacement, et par Marco Peronaci, ambassadeur, représentant permanent adjoint de la République italienne auprès de l’Union européenne (présidence italienne du Conseil de l’Ue) est assorti d’un protocole d’une durée de 5 ans qui fixe les possibilités de pêche pour les navires de l’Ue, la contrepartie financière et les modalités de l’appui au secteur des pêches sénégalais».

«Ce nouvel instrument autorise en effet 38 navires ciblant essentiellement les thonidés à opérer à nouveau dans la Zone économique exclusive sénégalaise, moyennant le paiement d’une compensation financière globale de près de 14 millions d’euros  pour la  durée totale du protocole», explique le document.

Dans le but de rassurer ceux qui redoutent une surexploitation des ressources halieutiques à cause de cet accord, le communiqué informe que «l‘activité de pêche des navires de l’Union européenne sera exercée dans le strict respect des principes de durabilité de la ressource et de bonne gouvernance, tout en répondant aux attentes en matière de rentabilité de chacune des deux parties».

Par ailleurs, on soutient que «la signature de cet accord qui intervient plus de huit années après l’expiration du dernier protocole de pêche entre ces deux acteurs importants en Afrique de l’Ouest augure d’une nouvelle ère de relations entre le Sénégal et l’Union européenne dans le domaine de la pêche au service d’un objectif partagé de gestion durable et trans­parente des activités de pêche».

  • Écrit par  Dieynaba KANE

dkane@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*