Entrée massive de produits européens au Cameroun

port-kribi-300x191Déchets pharmaceutiques, sang humain, sang d’animaux préparé, toxines, cultures de micro-organisme et produits similaires… les médicaments font partie des produits européens du premier groupe par le démantèlement tarifaire, cependant tout cela prêtent à interrogation.

Reproducteurs de race pure, bovins domestiques vivants, buffles vivants, farine, poudre, dèches et déchets de brasserie ou de distillerie… sable et siliceux, autres sables naturels de toutes espèces, graines de plantes herbacées utilisées principalement pour leurs fleurs, la liste est loin d’être exhaustive.

Cette liste constitue une curiosité pour le commun des Camerounais de part la nature de certains médicaments et produits provenant de l’Union Européenne (UE). Ils sont pourtant représentatifs d’espèces de produits auxquels les Camerounais vont devoir s’habituer dans les mois à venir. Ceci suite à l’entrée en vigueur le 4 août 2016 de l’Accord de Partenariat Economique de l’étape (APE) entre le Cameroun et l’UE.

En feuilletant la liste de plus de 1700 produits, on se rend compte que l’UE a pensé à tous les secteurs d’activités que couvrent les filières semences et reproducteurs d’animaux. Avec la signature de cet accord, bon nombre d’observateurs s’interrogent sur le choix des produits qui vont faire leur entrée sur le territoire camerounais. « Nous ne comprenons pas que le pays ait à importer les dèchets et les déchets de brasserie. Curieuse aussi est la présence des coqs, des poules et des œufs européens qui vont progressivement intégrer les habitudes alimentaires locales, à une période où la filière volaille est asphyxiée par la grippe aviaire, » remarque l’économiste Agnès Nke, un peu suspicieuse.

Le démantèlement tarifaire

Il faut dire que trois groupes de produits peuvent faire leur entrée depuis août sur le territoire camerounais. « Le programme ne va concerner que les produits européens. Le taux d’ouverture du marché camerounais aux importations en provenance de l’UE sera d’environ 80 %, soit 4007 lignes tarifaires et 79,93 % du volume total des importations venant de l’UE, » explique Ferdinand SONA, journaliste, spécialiste des questions économique.

Dans la perspective de l’entrée en vigueur de l’APE, consécutif à sa ratification par le Cameroun le 22 juillet 2014, un programme de démantèlement tarifaire relatif aux produits européens a été convenu. Sur une période allant du 04 août 2016 au 04 août 2029, le taux d’ouverture du marché camerounais aux importations en provenance de l’UE sera d’environ 80 %.

Conscient du danger que représente l’entrée massive de ces produits quasiment exonérés de droit de douane, le gouvernement avait pris des mesures. Des mesures calquées sur le programme régional d’accompagnement du développement, PRADA, élaboré en 2013 par l’Afrique centrale. « Ce programme visait à moderniser l’économie nationale, et particulièrement les secteurs directement touchés par ledit Accord de partenariat économique. Aujourd’hui, on peut regretter que peu de choses aient été faites dans ce sens, » s’insurge Ferdinand Sona.

Les règles d’origine

Les textes du chef de l’Etat publiés le 3 août 2016, portant règles d’origine arrivent dans un contexte où l’entrée en vigueur des APE suscite un vif débat. Du fait de la complexité des termes souvent employés, la compréhension n’est pas toujours aisée pour le citoyen lambda. Les règles d’origine sont des prescriptions administratives et techniques à remplir pour qu’un produit obtienne la nationalité d’un autre.

Il est important de savoir que la détermination de l’origine des produits se fait selon un procédé connu notamment en distinguant les « produits entièrement obtenus » et les « produits suffisamment transformés, dont la production fait intervenir plus d’un pays ». Rien à voir avec les produits camerounais qui entrent dans l’espace européen depuis janvier 2008 sans droits de douane. Il s’agit de la banane, de l’aluminium, des produits transformés du cacao, les contreplaqués et d’autres produits frais ou transformés.

Afrique Actualite

http://cameroonvoice.com/news/article-news-27278.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*