Erdogan menace d’envahir la partie de la Syrie occupée par les Etats-Unis et exige le retrait anticipé des Américains

Nous sommes plus proches que jamais d’une guerre inter-OTAN depuis la guerre turco-grecque de 1974 à propos de Chypre

Par Marko Marjanović

Alors que les militaires turcs et les rebelles islamistes syriens sous leurs ordres tentent d’envahir l’enclave d’Afrintenue par les Kurdes dans le nord-ouest de la Syrie, où il n’ y a pas de présence américaine, ils ont accéléré le rythme des frappes aériennes, des tirs de barrages d’artillerie et des escarmouches terrestres contre la milice kurde du YPG près de Manbij, la ville syrienne du nord du pays, où les forces kurdes sont étroitement associées aux États-Unis.

Il est presque certain que les troupes américaines sont d’une certaine manière impliquées dans ces affrontements et qu’elles sont parfois mises en danger par les rebelles et les Turcs, vu que non seulement nous savons qu’elles sont là, mais que le Pentagone a confirmé plus tôt ce mois-ci que les troupes américaines dans cette région sont  » régulièrement  » la cible de tirs et ripostent « occasionnellement ».

En fait, à Manbij, il y a des actes de guerre d’un membre de l’OTAN contre un autre. Il y a des chances non négligeables que cela se dégrade en un affrontement turco-américain à part entière.

Le dirigeant turc, Erdogan, vient de promettre que lorsque la coalition turco-rebelle remportera un succès à Afrin, il lancera une nouvelle offensive pour déloger les milices kurdes soutenues par les Etats-Unis de Manbij :

« ‘L’Opération Rameau d’olivier’ continuera jusqu’à ce qu’elle atteigne ses objectifs. Nous débarrasserons Manbij des terroristes, comme nous nous le sommes promis auparavant. Nos combats se poursuivront jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucun terroriste jusqu’à notre frontière avec l’Irak « , a déclaré M. Erdoğan dans un discours prononcé devant les collègues du parti Justice et Développement (AKP) à Ankara le 26 janvier.

Pendant ce temps, le ministre des Affaires étrangères d’Erdogan a déclaré qu’Ankara voulait que les Etats-Unis se retirent immédiatement de Manbij .

Les frappes turques sur les territoires tenus par les kurdo-américains ont eu lieu le 26 janvier à Manbij

Les frappes turques sur les territoires tenus par les kurdo-américains ont eu lieu le 26 janvier à Manbij

Le leader turc étant connu pour être un vantard notoire, il serait facile de rejeter tout cela comme étant une fanfaronnade de plus de sa part. Après tout, la promesse de marcher sur Manbij a été faite dans un discours adressé à son parti fidèle. Son ministre s’adressait également à un groupe de journalistes turcs.

Le problème, c’est que la plupart des gens, y compris moi, ont également ignoré ses menaces d’envahir Afrin, mais finalement il l’a fait. C’est un vantard qui exécute occasionnellement ses menaces et n’a pas peur de lancer les dés, comme en témoignent les frappes inattendues de l’aviation russe, Assad, ISIS, les Gulénistes, les Kurdes turcs et d’autres Erdogan, souvent dans le dos.

Un affrontement OTAN-OTAN en Syrie n’est peut-être pas probable, mais il faudrait un homme plus courageux que moi pour l’exclure complètement.

L’YPG kurde avait pris Manbij à l’EI au printemps 2016 avec l’aide des Etats-Unis. À l’époque, Erdogan menaçait le passage entre Kobane et la rive droite de l’Euphrate, une ligne rouge pour Ankara qui allait provoquer une intervention militaire turque.

Les États-Unis ont quand même soutenu l’offensive kurde, mais ont assuré à la Turquie qu’une fois la partie militaire de l’offensive terminée, les combattants d’YPG se retireraient vers l’est de l’autre côté du fleuve.

Cela ne s’est jamais produit et la région, principalement peuplée d’Arabes, continue d’être fortement occupée par des combattants kurdes à ce jour.

L’offensive kurde contre Manbij avait alors directement conduit à l’offensive turque du Bouclier de l’Euphrate visant à prendre Al-Bab dans le nord de la Syrie et donc à éliminer la possibilité que les Kurdes puissent relier Kobane et Afrin comme c’était leur objectif stratégique.

 Source : http://www.checkpointasia.net/index.php/2018/01/29/erdogan-threatens-to-invade-us-occupied-syria-demands-us-retreats-in-advance/

Traduction : Avic– Réseau International

Photo: Matériel turc déployé contre les Kurdes à Afrin

In the Spotlight

Changement de ton de Trump sur Kim à l’ONU

by Babacar Diop in International 0

Donald Trump est de retour à l’ONU. Le président américain retrouve les dirigeants du monde entier à New York avec l’intention de mettre en avant sa bonne entente avec Kim Jong Un pour avancer sur [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*