Et Ils Vendirent La Peau De L’ours Avant

Jamais un match nul n’aura été aussi mal accueilli. Au coup de sifflet final de l’arbitre, beaucoup de Sénégalais étaient au bord des larmes. Les klaxons des véhicules, mêlés au son des vuvuzelas, qui ont rythmé la capitale après la victoire du Sénégal sur la Pologne ont laissé place à un lourd silence plongeant Dakar et le Sénégal tout entier dans une atmosphère de deuil national.

Une ambiance que, normalement, seules une défaite du Sénégal et son élimination de la compétition devrait pouvoir expliquer.

Si la douche est aussi froide, c’est que les Sénégalais qui se sont vus super beau après avoir battu la Pologne étaient persuadés que les Lions allaient bouffer tout cru les samouraïs du Japon. Les supporters étaient d’autant plus sûrs de la victoire, qu’ils s’intéressaient à ce qui se passait dans le Groupe G.

Il était alors question de voir, entre l’Angleterre et la Belgique, qui était l’adversaire le plus prenable pour le Sénégal en huitièmes de finale. Plus grave, des personnalités, jadis des sportifs de haut niveau, de la trempe de Lamine DIACK, ont davantage élevé la barre.

« Sénégal peut gagner la coupe », affirmait-on. Comme s’il le Sénégal avait déjà gagné une coupe d’Afrique, on en fit une grande équipe en mesure de tenir tête aux plus grandes nations de football où dans chaque ville il y a un énorme stade.

Et la redescente sur terre eut lieu.  Ce sentiment qui voyait le Sénégal déjà qualifié de son groupe ne s’est pas uniquement emparé des supporters.  Sur le terrain, les Lions ont fait comme si le match contre le Japon était une formalité dont l’issue ne pouvait qu’être une victoire et trois nouveaux points au compteur. Ainsi, comme des divas, ils ont voulu se promener sur le terrain et en ressortir avec le succès. Mal leur en a pris.

Avec des katanas bien aiguisés, les samouraïs du Japon les ont bousculés, égratignés. Il s’en est même fallu de peu pour qu’ils les dégoupillent définitivement. Premiers sur presque toutes les balles aériennes, malgré la gabarie des Salif SANE, Alfred NDIAYE et autres, les Nippons ont montré un sacré caractère.

A l’image de leur capitaine qui, malgré sa blessure et son nez saignant abondamment, a tenu à tenir sa place, les Japonais ont montré cette vaillance qui a tant fait défaut à cette équipe du Sénégal. Moins que le match nul, c’est ce manque d’engouement, d’engagement et de détermination que beaucoup de Sénégalais reprochent aux joueurs d’Aliou CISSE.

Les férus de comparaison diront qu’en 2002, après le match nul du Sénégal face au Danemark, les Sénégalais étaient satisfaits de l’issue de la rencontre et l’avaient manifesté dans les rues de Dakar.  Seulement, si ce partage des points est aussi triste, à l’image du Sénégal de Macky SALL, c’est que les Lions n’ont en rien montré de la combativité.

Et avec la Pologne qui se fait laminer par la Colombie, futur adversaire du Sénégal, les Lions doivent, pendant qu’il est encore temps, relativiser leur première victoire et se retrousser les manches. Ils auront beau entendre qu’ils sont les plus beaux, les meilleurs, ils ne gagneront leurs matches que sur le terrain.

Mame Birame WATHIE

In the Spotlight

MADICKÉ DEMANDE AUX LIBÉRAUX DE LE REJOINDRE

by James Dillinger in A LA UNE 0

Le leader de Madické-2019, qui a récemment quitté le Parti démocratique sénégalais (Pds) pour voler de ses propres ailes, invite ses frères libéraux à rallier son camp et à le soutenir en perspective de 2019. [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*