Et le Thiamigne tua la première ndieuké : Pape Aliou Fall aimait-il la défunte en secret ?

Le présumé meurtrier de Binta Camara a été arrêté par la police de Tamba, ce lundi vers 15 heures, chez Malal Camara, père de la victime. Pape Alioune Fall 33, proche de la famille, a avoué son crime.

Comment le sieur Fall a pu commettre cet acte ignoble ? Quel est le mobile du crime ? Comment le meurtrier, après avoir tué, s’affaire, avec un calme imperturbable, aux préparatifs des obsèques ? Des questions qui taraudent encore les esprits. On a beau réfléchir dans l’entourage de la famille, mais on ne trouve toujours pas les bonnes réponses. Et pour cause !

Parce que, la victime et son bourreau étaient si proches, si complices pour qu’on puisse imaginer un tel scénario. Tenez Pape Alioune Fall aurait choisi comme premier ndiéké (1ère marraine ) Binta Camara.

S’y ajoute que Malal Camara, père de la victime, et Pape Alioune Fall, militent dans le même parti. De manière triviale, le bourreau est le garçon de course du Dg.

Au moment des faits, raconte notre source, les parents de Binta Camara étaient absents, le père à Dakar et la mère en Chine. Idem pour le vigile parti chercher du pain pour la coupure du jeûne. La victime elle-même venait juste de regagner la maison, après une journée passée à gérer les affaires commerciales de maman.

C’est dans ce calme plat, silence cimetière, comme dirait le poète, que Pape Alioune Fall, ce voisin de luxe, a bien choisi pour commettre, sans sourciller, son forfait.

A cette information qui parle d’une disparition de 1,5 million appartenant à la victime, d’aucuns n’ont pas hésité de lier au mobile du crime à une question financière. Même si d’autres encore osent parler d’un crime passionnel. Pape Aliou Fall aimait-il en secret Binta Caara ?

L’enquête va certainement démêler l’écheveau de cette intrigue…

Pour rappel, Bineta Camara, fille du directeur général de l’Agence de développement local (Adl), a été tuée samedi chez elle à Tambacounda. Elle n’a pas été violée, selon son père, qui s’est basé sur le certificat de genre de mort délivré lundi le médecin légiste.

L’inhumation est prévue, aujourd’hui, à 10 heures, au cimetière de Saré Nguilele de Tamba.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*