Etat palestinien : comment pro et anti ont mobilisé

697373--ENQUÊTEMails, voyages, rencontres… les organisations ont tenté de convaincre, avec plus ou moins d’ardeur, les députés qui se prononcent mardi sur la résolution PS

Foi de parlementaire, on s’attendait, vu le caractère ultrasensible du sujet, à être travaillé au corps. La proposition de résolution déposée par le PS pour la reconnaissance d’un Etat palestinien devait, à n’en pas douter, déchaîner pro et anti ; donner lieu à un lobbying de tous les diables. Quelques coups de fil ou boîtes mails bombardées plus tard, les députés, qui doivent se prononcer ce mardi, s’étonneraient presque de ne pas avoir été si harcelés. Plusieurs organisations propalestiniennes et proisraéliennes se sont pourtant démenées, les uns pour pousser à l’adoption de la résolution – non contraignante mais à haute teneur symbolique -, les autres pour freiner les députés.
Certains se targuent de ne pas avoir été approchés, fanfaronnant : «Ils doivent savoir que ce n’est pas la peine d’essayer avec moi». Leurs collègues plus influençables apprécieront… qui ont vu défiler les courriers «type» proposés clé en main par des associations. «On en est à une bonne centaine de mails par jour, on sature», se plaignait la semaine dernière un UMP. Le Mouvement de la paix (MP) a lancé une «cyberaction adressée aux parlementaires», tout comme l’Association France Palestine solidarité (AFPS), qui a diffusé une note explicative de 3 pages. Son président, Taoufiq Tahani, estime «qu’il faut contextualiser et faire de la pédagogie pour que les députés comprennent bien l’énorme enjeu de cette reconnaissance.»

TRIBUNE DE BHL
Du côté des opposants à la résolution, les députés ont reçu des courriers de l’Union des Patrons Juifs de France (UPJF) et de la Règle du jeu, revue créée par Bernard-Henri Lévy, renvoyant à une tribune signée par BHL, intitulée: «Israël, la Palestine et le Parlement français : qui veut faire l’ange fait la bête. Pourquoi il ne faut pas voter la reconnaissance unilatérale de la Palestine.» Et le député des Français de l’étranger, Meyer Habib, dont la circonscription englobe Israël, a écrit à ses collègues vendredi, «même si l’issue de ce vote semble, hélas, acquise». Contre un PS qu’il accuse d’avoir cédé «aux coups de boutoir de l’extrême gauche antisioniste», il appelle à voter contre un texte «contreproductif et irresponsable». Le député UDI et ami personnel de Benyamin Netanyahou n’a pas seulement pris sa plume, il a aussi obtenu des entretiens avec Laurent Fabius et Manuel Valls, la semaine dernière. Et tenté de retourner quelques indécis dans les couloirs de l’Assemblée: «J’ai parlé à des députés qui ont changé d’avis quand je leur dis qu’en votant la résolution, on vote pour le Hamas et le terrorisme».

Certains mènent un travail de persuasion plus intense. Entrevues, invitations, chacun avance ses pions. Roger Cukierman, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) concède avoir rencontré les députés UMP Christian Estrosi, François Fillon, Claude Goasguen et Christian Jacob, président du groupe à l’Assemblée, pour les sensibiliser «au risque que constituerait une reconnaissance de la Palestine». Selon lui, rien que de très «ordinaire. Ces entrevues sont régulières et amicales. Nous échangeons comme cela se fait en démocratie.» L’ambiance est également qualifiée de «chaleureuse» entre l’ambassade d’Israël et les «responsables parlementaires» avec lesquels elle a multiplié les contacts, sans communiquer leurs noms: «Ce dialogue amical se fait toujours dans de très bonnes conditions», promet-on.

DES VOYAGES ENTIÈREMENT FINANCÉS
Claude Barouch, ancien président de l’Union des patrons juifs de France (UPJF), est autrement plus offensif. D’emblée, il se définit comme un «lobbyiste pro-israélien». Il est frappé, dit-il, «de voir à quel point les parlementaires et les journalistes français ne connaissent pas Israël». Partant de ce principe, il fixe le programme politique de voyages ayant pour but de faire connaître l’Etat Hébreu à «des hautes personnalités». Ces virées sont intégralement financées par Keren Kayemeth LeIsraël (KKL), une association très influente dans la communauté juive. Sur son site, le KKL se présente ainsi : «Fondé en 1901 par Theodor Herzl lors du Ve Congrès sioniste, le KKL est le bras exécutif du peuple juif pour la rédemption et le développement de la terre d’Israël.» Début novembre, 34 personnes ont donc fait le déplacement. Raymond Bunan, le président du KKL, refuse de communiquer la liste des invités à Libération. Toutefois, il confirme auprès de notre journal la présence de Meyer Habib, de la députée UMP Valérie Pécresse, des sénateurs UDI Hervé Marseille et Jean-Marie Bockel et des UMP Geoffroy Didier et Pierre-Yves Bournazel – qui ne sont pas parlementaires. «Tous sont repartis satisfaits et mieux documentés, confie Raymond Bunan. Claude Barouch est plus précis sur l’emploi du temps : «Nous les avons amené à la Knesset, mais aussi à la frontière avec Gaza pour qu’ils puissent voir les tunnels du Hamas ainsi que le Dôme de fer [le système de défense anti-roquette, ndlr].» Si ce voyage n’a pas été organisé spécifiquement à propos de la résolution de reconnaissance de la Palestine, les organisateurs comptent bien en tirer les fruits à cette occasion. L’un des invités se défend d’avoir été influencé: «Ils n’ont pas cherché à me noyauter mais à m’expliquer. Si vous êtes un responsable politique qui se spécialise dans les relations internationales et que vous ne saisissez pas les occasions de comprendre le monde, il faut changer de boulot.»

Retour au Palais Bourbon. Vendredi lors des débats, les représentants d’associations propalestiniennes étaient nombreux à scruter les débats, depuis la tribune «invités»: Madjid Messaoudène, élu de Saint-Denis et blogueur pro-palestinien, Hael al-Fahoum, ambassadeur de la mission de Palestine en France, Taoufiq Tahani de l’AFPS, etc. Si Meyer Habib, Claude Goasguen ou Christian Estrosi sont des interlocuteurs de choix pour Israël, les associations palestiniennes ont trouvé à gauche quelques alliés. «Au-delà de nos soutiens traditionnels, le Front de Gauche et les Verts, nous avons recueilli l’oreille de Florence Delaunay (députée PS des Landes), Alexis Bachelay (Hauts-de-Seine) et de Pouria Amirshahi», énumère Taoufiq Tahani. Le député PS des Français de l’étranger pour la circonscription «Afrique du Nord », qui connaît les militants de la cause palestinienne depuis ses années Unef, ne se vit pas comme «un relais». Mais, de fait, ajoute: «J’ai des convictions et quand des associations les portent dans la société, alors oui je les relaie.» A l’en croire, la pression exercée sur les parlementaires avant le vote de mardi, a été, au final, plutôt mesurée. La résolution a toutes les chances d’être adoptée. Amirshahi estime que pour les associations proisraélienes, l’enjeu est désormais ailleurs: «Elles sentent que c’est un combat perdu, du moins à l’Assemblée et mènent plutôt une stratégie de containment pour empêcher l’Elysée et la diplomatie de franchir le pas».

Laure EQUY et Willy LE DEVIN

Libération

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*