Etats-Unis : saisie des biens de Yahya Jammeh et de 51 personnalités à travers le monde

L’administration Trump a annoncé qu’elle avait saisi des propriétés aux Etats-Unis appartenant ou liées à l’ex-président exilé de la Gambie, Yahya Jammeh, qui fait l’objet d’enquête pour corruption et violations flagrantes des droits dans son propre pays.

Selon le Département du Trésor, le président Trump a publié un ordre exécutif mercredi, bloquant les avoirs basés aux Etats-Unis de 52 personnalités à travers le monde reconnues pour leurs liens avec la corruption à grande échelle et de graves violations des droits de l’homme.
Une liste dressée par le Bureau de contrôle des avoirs étrangers et ciblant de présumés contrevenants, cite M. Jammeh comme propriétaire de biens immeubles aux Etats-Unis dont un château à Potomac (Maryland) qu’il aurait achetée à 3,5 millions de dollars.

Washington précise qu’il agissait conformément à la loi Global Magnitsky sur la responsabilité en matière de droits de l’homme.
« Les actions d’aujourd’hui font progresser nos valeurs et favorisent la sécurité des Etats-Unis, de nos alliés et de nos partenaires. Nous devons montrer l’exemple et l’annonce de sanctions d’aujourd’hui démontre que les Etats-Unis continueront à rechercher des conséquences tangibles et significatives pour ceux qui commettent de graves violations des droits de l’homme et s’engagent dans la corruption”.

Jammeh vit actuellement en exil en Guinée équatoriale depuis qu’il a perdu le pouvoir dans une élection présidentielle le 1er décembre 2016. Il est accusé de violations flagrantes des droits de l’homme et aurait volé des centaines de millions de dollars de fonds publics avant de s’enfuir de Banjul en janvier dernier.
Les entreprises liées à Jammeh qui figurent sur la liste sont Africada Airways, Africada Financial Services et Bureau de Change Ltd, Africada Insurance Company, Africada Micro-Finance Ltd et Atlantic Pelican Company.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*