EXPLIQUEZ-NOUS… Siteu revient sur sa défaite : «J’ai pris Boy Sèye trop à la légère»

siteu 1utteurL’excès de confiance a été à l’origine de la seconde défaite de Siteu dimanche dernier face à Boy Sèye. Le sociétaire de Lansar, qui en a fait la révélation hier chez lui à Diamaguène (15 km de Dakar), dit n’avoir pas trop pris au sérieux son adversaire du jour qui était sur une pente descendante. Habitué depuis trois ans à rentrer avec la victoire depuis sa première contre-performance du  15 mai 2010 face à Mame Balla de Pikine, le jeune lutteur de 25 ans compte tirer les enseignements de ce second revers pour atteindre l’excellence.

Etes-vous parvenu, 24 heures après, à digérer cette défaite face à Boy Sèye ?

Vous ne pouvez pas imaginer ma déception. Parce que je m’attendais à remporter plutôt ce combat que de le perdre. Je suis très surpris par cette défaite. Mais je n’y peux rien. Il était écrit quelque part qu’il fallait que je rentre avec cette contre-performance. J’ai eu du mal à l’admettre dans les instants ayant suivi le combat. J’ai éprouvé des difficultés à dormir du sommeil du juste. La nuit fut très longue pour moi. Parce que j’avais habitué mes supporters à décrocher la victoire. Mais que vous voulez, je suis obligé de faire avec. Je dirais que c’est un mal nécessaire parce que ça va me permettre de me remettre en cause pour entrevoir l’avenir avec plus de réussite.

Partagez-vous l’opinion de ceux qui disent que la force vous a manqué dans cette défaite ?

On ne peut empêcher les gens d’émettre des critiques. Un lutteur est à portée des critiques à chaque fois qu’il se retrouve à terre. Tous les lutteurs  que j’ai eu à battre sont  des champions confirmés. Ceux qui disent qu’on cherche à me tracer une voie facile n’ont rien compris. Mais je  vais vous surprendre en vous disant que j’accepterai en toute humilité de combler ma force si les membres de mon encadrement arrivent à cette conclusion en tirant le bilan de ce combat. Mais je sais réellement ce que je vaux. Je dirais en toute honnêteté que je n’ai pas manqué de force. Si mon adversaire était plus puissant que moi, il allait me mettre Ko. Il n’a pas plus de force que moi. J’ai pris toutes les initiatives du combat. Je me suis bien préparé. J’ai même augmenté mon poids jusqu’à 100 kilos. Contrairement à mon dernier combat où j’affichais 90 kilos. Je  souhaite  que la victoire porte chance à Boy Sèye.

En faisant votre autocritique, quelle principale leçon retenez-vous de cette défaite ?

Je vais davantage prendre mes combats au sérieux. Je vais davantage respecter mes adversaires. J’avais pris trop à la légère Boy Sèye, croyant pouvoir le battre facilement. C’est un adversaire que je ne prenais pas trop au sérieux. Du coup, j’ai fait les frais de son expérience. Lorsqu’il luttait le Championnat de lutte avec frappe (Claf) en 2007, je n’avais pas intégré la lutte avec frappe. J’ai débuté ma carrière en 2010. Cette défaite va me permettre de repousser mes limites.

Quelles sont ces limites ?

 Je dirais qu’il me reste beaucoup de choses à parfaire sur le plan de la lutte.  Je vais davantage me perfectionner à ce niveau. C’est la conclusion que je tire de cette deuxième contre-performance.  Cette défaite me permet d’ouvrir les yeux sur le travail qui me reste à faire pour atteindre l’excellence sur le plan de la lutte.  Je vais davantage perfectionner ma façon de lutter. Personne ne peut rien contre la volonté divine. Tout le stade était acquis à ma cause. J’en profite pour présenter mes excuses à mes supporters. Je vais redoubler d’effort.

Justement, comment comptez-vous vous y prendre pour revenir en force ?

Je n’exclus de mettre à profit les vacances pour aller en Europe pour m’y préparer. Je ne suis pas encore édifié sur  ma future destination. Mais j’en discuterai avec les membres de mon encadrement technique pour en savoir un peu plus. Ce revers va contribuer à me pousser à puiser au plus profond de moi-même pour me perfectionner.

Peut-on avoir une idée de l’adversaire contre qui vous souhaiterais signer votre re­tour la saison prochaine ?

Je laisse le loisir à mon staff de porter son choix sur mon prochain adversaire. A l’exception des lutteurs de mon écurie et Thiat (de l’écurie Grand Dakar), qui est un grand frère, nos deux pères sont de même père et de même mère, je suis prêt à croiser le fer avec tous les autres lutteurs.

amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*