Financement des activités de Y'en a marre: Fadel Barro révèle la "dépendance" de leur mouvement

“La main qui donne est la main qui gouverne”, dit l’adage. En confiant dans l’émission “Sen Jotaay” de la Sen Tv, que les activités du mouvement “Y’en a marre ” sont financées par des Ong, Fadel Barro a levé un coin du voile sur le statut indépendantiste de leur mouvement. Selon le coordonnateur dudit mouvement, ce dernier fonctionne grâce aux cotisations de ses membres. obama et barro

Mais surtout grâce à la participation financière de l’Ong britannique Oxfam. Un organisme qui depuis 1981, intervient au Sénégal dans un nombre important de domaines, notamment les questions liées au genre, à la gouvernance, à la paix et à la sécurité en Casamance et au commerce équitable.

D’après nos confrères de la Tribune, qui ont repris les propos de M. Barro, Oxfam a collaboré avec une cinquantaine d’organisations de la société civile, au cours de ses trente années d’intervention. Cet organisme, à travers le programme “Dox sa Gox”, qui va durer une année, veut fonctionner comme un contrôle citoyen et un observatoire de la démocratie.

Un programme avec un budget de 600 millions de Fcfa qui a vu une participation aux premières heures de l’Ong Oxfam. Et selon Fadel Barro, cet organisme va accompagner le mouvement pendant un an avec 95 millions de Fcfa. cet argent est confié à un autre organisme, Enda, qui est chargé de financer et Y’en a marre va exécuter.

“C’est cet organisme qui gère les dépenses”, affirme Fadel Barro. Parmi les souteneurs du mouvement, se trouvent des universités étrangères, qui les invitent souvent en Europe pour faire connaissance avec le mouvement, des personnalités sénégalaises comme Lamine Diack (président de l’Iaaf), qui les “soutenait dans l’ombre pour les billets d’avion”, Youssou Ndour, qui les aidait “sur le plan de la sonorisation”.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*