Finances : Le Sénégal en proie à des tensions de trésorerie

La déclaration d’Ousmane Sonko selon laquelle il y a un trou de 100 milliards de FCFA dans le budget, suivie de celle de Thierno Alassane Sall qui indique que le Sénégal va vers un ajustement structurel, relancent le début sur la situation des finances du pays.

Réagissant à ces deux sorties, le ministère des Finances et du Budget s’est fendu d’un communiqué pour apporter des précisions. Selon le ministère : « Il est clair qu’il a été enregistré au premier trimestre 2019 un ralentissement de l’activité économique dû à l’élection présidentielle et qui s’est traduit par des moins-values de recettes budgétaires de 18,7 milliards de F Cfa puisque comparativement à l’objectif de 529,8 milliards de F Cfa, les recettes budgétaires cumulées à fin mars 2019 se sont chiffrées à 511,2 milliards de F Cfa. Les mesures d’amélioration de recettes retenues dans le cadre du projet de Loi de Finances Rectificative (Lfr) pour l’année 2019 permettent de résorber cette moins-value, voire d’enregistrer une plus-value de recettes en fin d’année en lieu et place d’une projection de trou dans le budget de 345 milliards ».

Puis d’ajouter : « Pour ce qui est des dépenses, sur les prévisions de la Loi de Finances Initiale (Lfi) 2019 d’un montant de 4 104 milliards de FCFA incluant les reports de crédits de 2018 sur 2019, l’exécution a porté au premier trimestre 2019 sur un montant de 1 217,6 milliards de F Cfa, soit un taux d’exécution de 29,7%. S‘agissant de la situation de trésorerie, les disponibilités vérifiables auprès de la Bceao démontrent à suffisance que le Sénégal dispose de capacités éprouvées pour payer à bonne date ses salaires, sa dette et assurer l’exécution correcte des autres postes budgétaires du fonctionnement et de l’investissement. »

Même si le ministère des Finances et du Budget veut nier l’évidence, le Sénégal connait des tensions de trésorerie depuis des mois. La situation n’est certes pas alarmante, mais elle préoccupe. Durant ces derniers mois, à l’approche de l’élection présidentielle, l’Etat du Sénégal s’est lancé dans la réalisation de nombreux projets et programmes où d’importantes sommes d’argent ont été englouties. La réfection du building administratif a coûté 40 milliards de FCFA à l’Etat du Sénégal.

L’on a assisté à une véritable course engagée contre la montre par l’Etat du Sénégal pour la réalisation de certains projets qui n’étaient pas du tout prioritaires. L’avion acquis par Air Sénégal SA a coûté des centaines de milliards à l’Etat du Sénégal qui a construit à Diamnadio le Centre de conférence Abdou Diouf et de nombreuses autres infrastructures. Le Fonds monétaire international (FMI) avait déjà prévenu les autorités sénégalaises sur des risques de tensions de trésorerie.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*