Franc CFA : des économistes dénoncent « la servitude monétaire »

franc-cfaFranc CFA : des économistes dénoncent « la servitude monétaire »

Ébullition autour du franc CFA : alors qu’une réunion des ministres de la zone franc se tient à Paris vendredi, le secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) Carlos Lopes, qui s’apprête à démissionner, pointe du doigt mercredi « un mécanisme désuet ». Dans ce contexte, « J.A. » publie les bonnes feuilles d’un ouvrage collectif à paraître, « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ? ».

Dirigé par quatre économistes aux parcours et aux horizons différents, Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, paraît le 3 octobre aux éditions La Dispute. Cet ouvrage collectif a notamment reçu le soutien de la Fondation Gabriel-Péri, think tank spécialisé sur l’économie et l’histoire sociale.

« Un mécanisme désuet »

Une publication qui tombe à pic. En effet, une réunion semestrielle des ministres de la zone franc se tiendra vendredi 30 septembre à Paris. « L’efficacité de l’investissement public », « l’identification des obstacles au développement et à l’intégration du crédit » et la « convergence en zone franc » seront au menu des débats, a fait savoir le ministère de l’Économie et des Finances.

En amont, le Bissau-Guinéen Carlos Lopes, qui va quitter son poste de secrétaire général adjoint de l’ONU et secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, a estimé que le franc CFA est « un mécanisme désuet », a-t-il indiqué mercredi à l’AFP.

« Il faut vraiment une discussion sur la zone franc », a-t-il déclaré à l’AFP ce 28 septembre lors d’une visite au siège de l’Unesco à Paris. « Aucun pays au monde ne peut avoir une politique monétaire immuable depuis trente ans. Cela existe dans la zone franc. Il y a donc quelque chose qui cloche », a expliqué Carlos Lopes.

Les auteurs

Parmi les auteurs de Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, on compte entre autres le Togolais Kako Nubukpo, fervent opposant au franc CFA, qui réclamait, mi-septembre dans une interview à J.A., « qu’on ne déconnecte pas le débat monétaire du débat sur l’émergence ».

Après avoir été ministre au Togo pendant deux ans, cet agrégé en économie formé à l’université Lyon-II, a rejoint l’université d’Oxford en septembre 2015 d’où il entend peser sur le débat public, notamment au sujet du franc CFA. Kako Nubukpo a été macroéconomiste et chef de service au siège de la BCEAO à Dakar entre 2000 et 2003.

Au cours de conférences publiques sur l’économie tenues à Lomé en février et mars 2015, l’ancien ministre suggérait que de nouvelles mesures soient prises pour favoriser la croissance au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa).

De son côté, Bruno Tinel, maître de conférences à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne est notamment l’auteur de Dette publique, sortir du catastrophisme. Il s’est particulièrement illustré en tant que principal opposant des politiques des banques centrales des pays de la zone franc CFA. Il est rejoint dans ce combat par le Sénégalais Demba Moussa Dembelé, autre co-auteur de l’ouvrage et directeur du Forum africain des alternatives et coordonnateur de l’Africaine de Recherche et de Coopération pour l’appui au développement endogène (Arcade).

Enfin, le Camerounais Martial Ze Belinga, économiste et sociologue, rédacteur en chef du site Afrikara.com. Il a publié en 2012 In-Dépendances, discours sur le colonialisme après la colonie.

Jeuneafrique

In the Spotlight

JAMRA et DARUL KHURANN réclament un Référendum pour la peine de mort

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

A l’occasion de la Présidentielle américaine du 08 novembre 2016 (Trump/Clinton), trois Etats avaient saisi l’occasion pour organiser des consultations, afin de permettre à leurs administrés de se prononcer démocratiquement sur l’opportunité du rétablissement de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*