France : Penelope Gate. Sarkozy, Baroin, Wauquiez ? La droite cherche déjà un recours à Fillon

– Alain Juppé, Nicolas Sarkozy mais aussi François Baroin, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand… Après le scandale Penelope Fillon et ses emplois présumés fictifs, la grande foire aux recours a repris dans le camp de l’ancien Premier ministre.

C’est bien connu : aussi vrai que la nature a horreur du vide, la droite abhorre l’absence de leadership. Alors que François Fillon, immense vainqueur de la primaire de novembre dernier, est empêtré dans une affaire Penelope qui pourrait bien lui coûter sa place au second tour de la présidentielle, les téléphones portables chauffent comme jamais depuis trois jours.
D’une oreille à l’autre, on commente la prestation du candidat à la présidentielle jeudi soir sur TF1 que l’on juge « pas convaincante ». Selon des proches, Patrick Stéfanini, directeur de la campagne, aurait d’ailleurs laissé poindre des doutes sur la stratégie que Fillon a mise au point jeudi avec sa communicante Anne Méaux. Une version que réfute l’entourage direct du candidat à la présidentielle: “Une réunion a été organisée au QG avec certes, Anne Méaux, mais aussi Patrick Stéfanini, qui est associé”. Les deux autres communicantes de François Fillon, Caroline Morard et Myriam Lévy étaient également présentes. Le fidèle sénateur Bruno Retailleau a, lui, expliqué en petit comité qu’il comprenait les interrogations sur la défense de son champion. « Cette histoire est affligeante », glisse même un membre de son équipe de campagne.

Candidat de substitution
Dans les camps, toujours pas dissous, de ses anciens adversaires de la campagne de la primaire, on fourbit déjà les armes. Dès mercredi matin, le Canard Enchaîné à peine distribué dans les kiosques, un ancien ministre sarkoziste demandait à ses équipes d’examiner la charte de la primaire et les statuts du parti. Dans un but précis :
quel processus pour désigner un candidat de substitution ? Chez les partisans de l’ancien président, on se prend à rêver. Et si c’était (à nouveau) lui ? Nicolas Sarkozy a fait savoir à BFMTV via des proches que « la question ne se posait pas ». En tout cas pour l’instant.
Chez Juppé, au même moment, on se lance dans un grand brainstorming. Et si c’était « son » moment ? Après tout le maire de Bordeaux n’est-il pas finaliste de la primaire ?
Vendredi matin, le maire de Bordeaux a fait mine d’écarter l’hypothèse. Pressé de dire s’il serait un recours dans le cas où M. Fillon serait mis en examen et se retirerait de la campagne, comme il l’a indiqué jeudi soir sur TF1, il a répondu: “Non, clairement et définitivement. Parce que la primaire a eu lieu et que les électeurs se sont prononcés”. Mais, comment instiller davantage de poison, il a aussi souligné qu’ “à l’instant T, la question ne se pose pas, c’est François Fillon notre candidat”. Soit à peu près la même réponse, tout aussi ambigüe, que celle de Nicolas Sarkozy !
Logiquement, si Fillon était empêché, il faudrait une nouvelle primaire. Mais les délais semblent bien courts. Du coup, chez les LR, on rêve d’un vote en bureau politique.
« Ce serait bien, un jeune », réfléchit déjà un cadre LR alors qu’il va falloir affronter notamment Emmanuel Macron, 39 ans. Les noms de Laurent Wauquiez, ou de François Baroin circulent. Le maire de Troyes a dîné, tiens-tiens, avec Nicolas Sarkozy mardi soir, juste après l’explosion du scandale Penelope. « Il y en a un autre, fait-on valoir à droite, Xavier Bertrand qui s’est tenu bien en dehors de la primaire, qui a affronté Marine Le Pen aux régionales et l’a vaincue. » Publiquement, personne ne va pour l’instant bouger une oreille, en attendant le premier sondage d’intentions de vote post-Penelope Gate. Il devrait être publié au plus tard lundi matin.
*Article édité à 18h15 après précision apportée par l’entourage de François Fillon.
Soazig Quéméner

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*