Fraude fiscale. L’ex-femme de Brice Hortefeux soupçonnée de blanchiment

Ouest-France

 Une procédure pour blanchiment de fraude fiscale a été ouverte par la justice à l’encontre de Valérie Hortefeux. Des centaines de milliers d’euros en liquide ont été retrouvés chez l’ex-femme de l’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Cette perquisition a été menée au début du mois d’octobre dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financement par la Libye de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Le domicile de l’ex-épouse de Brice Hortefeux a été perquisitionné fin octobre, dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financement par la Libye de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, a révélé ce samedi Le Parisien.

Lors de cette perquisition, les policiers de l’Office anticorruption de la police judiciaire ont trouvé plusieurs dizaines de milliers d’euros en liquide au domicile de Valérie Hortefeux. Ils ont également trouvé les traces de versements beaucoup plus importants sur ses comptes bancaires, à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros.

D’après Le Parisien, ces espèces et versements ne proviennent pas de circuits d’argent noir entre Tripoli et Paris lors de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, mais plutôt des activités professionnelles d’un des proches l’ex-femme de Brice Hortefeux, un certain Christian Deydier, antiquaire spécialisé dans l’art chinois.

« Tout est déclaré, tout est en règle »

Ce dernier a assuré qu’il n’avait « rien à voir avec l’affaire libyenne », ni concernant la campagne de Nicolas Sarkozy. « J’ai bien fait des affaires avec Valérie Hortefeux, mais je n’ai pas connaissance des sommes évoquées. Lorsque j’achète ou vends des pièces, j’ai toutes les certifications, tout est déclaré, tout est en règle », a martelé Christian Deydier.

Le Parquet national financier (PNF) a ouvert une procédure incidente pour blanchiment de fraude fiscale. L’ex ministre de l’Intérieur, contacté par Le Parisien, a indiqué de son côté « n’avoir aucun élément sur cette perquisition ».

L’enquête concernant ces soupçons de financement lybiens de la campagne de Sarkozy en 2007 a été ouverte en 2013. Depuis, la justice ne parvient pas à apporter assez d’éléments au dossier. Les enquêteurs ont multiplié les perquisitions à la recherche d’espèces qui auraient pu provenir de remises de valises au profit de Sarkozy.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*