Gabon 2016 : Le n°1 gabonais aura-t-il les mêmes soutiens à l'élection présidentielle de 2016 ?

Ali_Bongo_001Au regard de l’actualité nationale et internationale où plusieurs révélations sont faites ici et là au sujet de la gestion de l’Etat-Gabon aux niveaux politiques, économique, social etc. On est en droit de se poser la question : Ali Bongo président sortant aura-t-il les mêmes soutiens qu’en 2009 ? Pour répondre à cette question nous allons tender de présenter la situation sur le plan national et international.

a) Beaucoup de hiérarques du PDG (même s’ils ne le disent pas ouvertement) ne digèrent pas la manière dont celui qu’ils ont soutenu contre vents et marrées en 2009 à organiser sont cabinet

• Au poste hautement stratégique et politique de directeur de cabinet, se trouve un béninois maixant accrombessi ancien coursier et ex chauffeur d’Ali. Il contrôle tous et peut même dire non à certaine directive de son chef hiérarchique ;

• Au poste de chef de cabinet donc adjoint du béninois un somalien ancien dj Liban Souleymane
• Sans compter d’autres postes juteux confiés par maixant accrombessi aux membres de sa légion
Au pédégiste de se demander où était ces gens venu de nulle part en 2009 lorsque eux mouillaient le maillot sur le terrain ? Et depuis lors sans le dire au distingué camarade, ils font les dents de chien.

Car comme le disait un chanteur gabonais dans une de ses chansons : « le mauvais partage attire les palabres ». Ali va en avoir en 2016, car beaucoup de ces camarades disent qu’avant de le soutenir, il faudra que les choses soient claires. Car ils ont l’impression d’avoir travaillé alors que d’autres en plus étrangers en bénéficient tandis qu’eux ramassent les miettes et prennent les coups dans leurs quartiers, villages et familles.

b) Les agences surtout celle des grands travaux (ANGT) font dire à la haute hiérarchie du PDG que leurs ministres deviennent les ministres du papier et des textes. Alors que le rôle d’un ministre s’est celui de mettre œuvre la politique du président de la république dans un secteur d’activité précis ; et pour cela il faut des moyens.

Malheureusement ces moyens ont été mis à la disposition de l’ANGT qui est sous tutelle de la présidence (maixant accrombessi) de la république et dont plus des ¾ des travailleurs sont des étrangers bénéficiant des salaires hors normes. A un hiérarque du PDG de se demander : « quel bilan voulez-vous que les ministres vous fassent alors que le budget d’investissement est géré par la présidence de république (accrombessi) à travers l’ANGT ? »

c) Ya Ali comme l’appelle les jeunes et anciens du PDG vie très loin de la réalité quotidienne des gabonais et préfère s’entourer de communicateurs et conseillers véreux qui lui présentent un autre Gabon alors que la réalité est tout autre. Au lieu de dire au président ce que pensent les gabonais :

– La marina si elle voit le jour c’est bien, mais ce n’est pas ce que l’on mange

– Les routes c’est bien, mais ce n’est pas ce que l’on mange

– Les courses de motos c’est bien, mais ce n’est pas ce que l’on mange

– Les courses des bateaux c’est bien, mais ce n’est ce que l’on mange

– Le plan ou pacte social c’est du déjà vu, cela n’a rien changé dans notre assiette

– Les logements sociaux de 207 000 FCFA le mois c’est vraiment se moquer du fonctionnaire lambda dont la prime de logement est d’environ 150 000 FCFA pour ceux de la catégorie A1. Et que dire de ceux n’ayant aucun revenu qui vivent dans les taudis, ne font-ils pas partie des ayants droit ?

– Il faut qu’on respecte désormais notre vote

– Il faut qu’on essaye un peu de changer ceux qui dirigent depuis, il y a aussi d’autres gabonais

– Pourquoi c’est toujours les mêmes qui mangent au détriment des autres ?

– Comment peut-on placé un béninois et un somalien aux poste stratégiques de l’Etat ?

– Pourquoi, pourquoi !!!!!!!

d) La mise au banc (sans poste) de plusieurs camarades parfois même membre du bureau politique, membre du bureau permanent, membre du comité central fait dire à ceux-ci que le distingué camarade-président ne pourra plus compter sur eux, ils demanderont d’ailleurs à leurs familles de voter le candidat de leur choix et donc pas d’orientation.

Selon eux, il est inadmissible qu’un haut cadre du parti soit assis à la maison à se tourner les doigts alors qu’à l’époque du distingué camarade-président Omar cela n’était pas possible. Ils ont l’impression que le distingué camarade-président les utilisent en temps de campagne et une fois élu, il s’entoure de ces amis qui ne connaissent même rien du parti. Pour eux cela ne peut continuer.

e) Les ¾ des gabonais des 9 provinces qui composent le pays aspirent à un meilleur être et à l’instauration d’un véritable Etat démocratique. Oui malheureusement c’est cela la réalité que les conseillers, le directoire du parti ne dit pas au distingué camarade-président. Ils font croire au président qu’il maitrise le pays, mais ce n’est pas le cas.

f) Les gabonais sont désormais au courant des choses d’en haut (appellation du quartier) à travers des livres et documentaires, et on ne pourra plus nous mentir disent-ils.

g) Selon ¾ des gabonais, les choix politiques du président n’ont rien avoir avec leurs véritables besoins (manger à sa faim, travailler etc.) il leur donne l’impression qu’il vit au ciel et lui demande de revenir sur terre. Ces conseillers et son entourage immédiat (légion étrangère) ne lui disent pas la vérité, leur objectif premier étant de s’enrichir au plus vite avant 2016.

h) La création d’un front uni de l’opposition qui a vu l’arrivée dans l’opposition d’hommes d’expérience démissionnaires du PDG comme ADIA (ex ministre et SG PDG sous Omar) entendez Jacques Adiahenot et Jean Ping (Ex président de la commission de l’union africain).

Monsieur Ping bénéficie d’un portefeuille relationnel hors du commun au niveau international. Aussi en tant qu’ancien président de la commission de l’union africain, Jean Ping est très écouté par ces pairs, les présidents des grandes puissances économiques etc. sur les questions de démocratie et de bonne gouvernance

i) La sortie du livre de Pierre Péan journaliste d’investigation connu dans le monde entier. Ce livre fait beaucoup de révélations qui n’étaient pas connu du commun des gabonais. C‘est une véritable bombe de destruction massive du pouvoir en place qui risque de raser le parti au pouvoir bien avant même 2016.

Sur le plan international :

a) Il n’est plus très sûr que les soutiens occidentaux et principalement français vont apporter leur soutien de 2009 au pouvoir d’Ali en 2016. D’ailleurs on a pu entendre Robert Bourgi, ex monsieur Afrique de Sarkozy ayant soutenu Ali en 2009 dire récemment sur france24 : « … plus de soutien à des chefs d’Etats qui veulent violer les constitutions. Plus de soutien aux chefs d’Etat qui truquent les urnes et les élections. Plus de chefs d’Etat qui pillent le peuple, les richesses du pays…… Aujourd’hui, il faut remettre les pendules à zéro et donner la parole aux peuples. »

b) Le président Hollande est hostile aux régimes ayant des critères monarchiques et autoritaires. La situation du Gabon le préoccupe au plus haut niveau, car il ne souhaite pas que le petit Etat d’environ 1 500 000 Hab. connaisse la situation centrafricaine parce qu’un homme voudra se maintenir au pouvoir contre la volonté de son peuple. La France à tout intérêt à ce que tout se passe bien au Gabon d’ici 2016 et elle veillera à ce que cela soit le cas.

Le passage vers des démocraties véritables dans les pays du pré carré français qui sont resté antidémocratiques est l’une des priorités du n°1 français dans sa politique africaine. Le cas Compaoré doit servir de leçon.

c) Ali après avoir été élu en 2009 a tourné le dos à tous ces soutiens intérieurs et extérieurs, se créant d’autres amis.

Au regard de ce qui précède la présidentielle de 2016 va être difficile pour le distingué-camarade président en termes de soutien aussi bien internes qu’externes. Car sur plan interne (national), il y a beaucoup de mécontents (population, PDG, Majorité etc.) et sur plan international la politique africaine de la France a changé sous Hollande.

merlo zondo zondo

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*