Gabon : Ali Bongo exhorte les syndicats à mettre fin à la crise sociale

Ali-Bongo-Ondimba-.Ali Bongo est confronté depuis plusieurs jours à une grave crise sociale. En début de semaine, il a rencontré des responsables des syndicats des administrations du pays et du patronat. A cette occasion, le chef de l’Etat a demandé aux responsables syndicaux de mettre fin à leur grève.

La rencontre entre le président gabonais, Ali Bongo Ondimba et les syndicalistes a tenu toutes ses promesses et a eu le mérite de mettre face à face les travailleurs et l’exécutif. Le Gabon secoué par des séries de revendications corporatistes et les autorités sont appelées à trouver des solutions.

La présidence de la République gabonaise a présenté la rencontre comme une série de concertations périodiques du chef de l’Etat avec les forces vives de la nation.

«Il ne s’agit donc pas, comme pourraient l’imaginer certains esprits mal intentionnés, d’un exercice imposé par je ne sais quelles circonstances politiciennes ou conjoncturelles, mais bien de mon engagement à échanger, en temps voulu, avec les forces vives de la Nation, dont vous êtes ici une partie de la représentation», précise Ali Bongo.
Toutefois, il a rappelé que des réformes sont en cours et sont susceptibles d’apporter de meilleures conditions de travail, mais surtout de vie, aux Gabonais. Le Premier ministre est chargé en ce sens pour engager des négociations collectives globales avec les acteurs des secteurs public et privé.

Parmi les points évoqués, il y a l’instauration du revenu minimum mensuel dans la Fonction publique, portant le plus bas des revenus à 150.000 francs par mois ; le relèvement du montant des allocations de rentrée scolaire, de 25.000 à 62.500 francs par enfant ; l’extension de l’assurance maladie à toutes les couches sociales, particulièrement les plus vulnérables ; le paiement, entre 2010 et 2013, de plus de 170 milliards de francs CFA au titre des rappels de solde, pour un effectif global de moins de 70.000 agents de l’Etat.

Après avoir indiqué qu’il est à l’écoute des syndicalistes, Ali Bongo a rassuré les uns et les autres, donnant des orientations et en demandant de nouvelles réflexions sur des dossiers précis, ainsi que l’accélération de certaines réformes.

Les syndicats dont Mosaap, de l’Aresga, de la Conasysed demandent une augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig), le relèvement du point d’indice des agents de l’Etat, la suppression de la Prime d’incitation à la performance (PIP), le paiement des primes ainsi que des rappels dus. Du coup, l’administration et certaines entreprises étatiques ou paraétatiques tournent au ralenti.

Ali Bongo Ondimba a demandé à son Premier ministre, Daniel Ona Ondo de poursuivre les discussions avec les partenaires sociaux. Aussi, un nouveau système de rémunération devra-t-il être étudié pour aboutir à l’amélioration du niveau de salaires des agents publics ; l’harmonisation des primes, des gratifications et des avantages en nature ; l’incitation des agents publics à de meilleures performances ; l’amélioration des pensions de retraite.

Ali Bongo Ondimba a exhorté les syndicats à ne pas aller en grève indéfiniment.

 OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Présidentielle 2019 : Khalifa est-il le grand favori ?

by James Dillinger in A LA UNE 0

Au  regard de l’adversité politique du moment qui met en duplexe Idy et Khalifa Sall, l’on est en droit de se demander lequel des deux est le favori pour la présidentielle de 2019.A l’évidence   s’il [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*