Gabon: candidat à la présidentielle, Guy Nzouba Ndama s’érige contre la fraude

Guy-NzoubaGuy Nzouba Ndama, l’homme qui a présidé l’Assemblée nationale du Gabon pendant 19 ans et qui a été l’un des plus fidèles soutiens de la famille Bongo avant de démissionner le 31 mars dernier, avec neuf autres députés, a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle. L’ancien président du parlement compte empêcher Ali Bongo de tricher à la présidentielle du mois d’août prochain et le battre.

Au micro de RFI, Guy Nzouba Ndama déclare que le Gabon est pris dans un «syndrome de Lubitz», du nom de ce jeune pilote allemand qui s’est suicidé il y a un an avec 149 passagers à bord de son avion.

L’ex-président du parlement se dit ahuri par l’excès d’optimisme du président sortant Ali Bongo. «Il n’est pas conscient que le pays va à vau-l’eau ! Que le pays est en cessation de paiement ! C’est suicidaire ! Il n’y a que lui et son petit groupe d’amis qui croient encore à quelque chose!», a-t-il dit. Guy Nzouba Ndama fustige les collaborateurs d’Ali Bongo qui disent partout que le Gabon se porte bien, alors que le pays est bloqué.

«Regardez toutes ces grèves dans tous les secteurs… Les administrations ne fonctionnent pas ! Les écoles ne fonctionnent pas!», fait-il observer.

Si dans le même temps, l’opposant Jean Ping parle des conseillers à la présidence qui sont d’origine étrangère en dénonçant «un groupe d’apatrides mafieux», M. Ndama estime qu’il n’y a pas que ces apatrides auxquels il fait allusion. «Il y a des Gabonais qui participent à ce massacre collectif. Des Gabonais de souche, je dirais», a-t-il ajouté.

Guy Nzouba Ndama dit regretter d’avoir soutenir le choix d’Ali Bongo en 2009 contre le candidat André Mba Obame. «Si je ne le regrettais pas, je ne l’aurais pas quitté aujourd’hui…. A l’époque, après avoir discuté avec monsieur Ali Bongo, j’avais été séduit par son discours. Je considérais qu’étant jeune – il avait à peine cinquante ans – il pouvait combler les déficits constatés durant la gestion de son père », révèle le désormais candidat à la présidentielle.

L’ex-président du Parlement indique également être désenchanté parce que rien de ce qui est promis à l’époque n’a été réalisé.

Pour lui, il n’y a pas un seul dispensaire qui reçoive des médicaments de l’Etat, l’école est complètement dévaluée.

Pour ceux qui pensent qu’il est un opposant de la dernière heure, Guy Nzouba Ndama déclare qu’il avait commencé par des mises en garde et le président Ali Bongo lui-même le sait.

M. Ndama se prévaut déjà du soutien des 9 autres députés PDG (au pouvoir), démissionnaires du Parlement. «Ces députés oui, puisque le jour de ma déclaration de candidature ils étaient tous là au grand complet», a-t-il dit, précisant qu’il ne formera pas de parti politique mais se présente à l’élection comme candidat indépendant.

Pour l’élection présidentielle du mois d’août, on enregistre déjà une pléthore d’intention de candidature. Face à Ali Bongo, Jean Ping, Casimir Oyé Mba, Zacharie Myboto, Raymond Ndong Sima, Pierre Claver Maganga Moussavou, Jean de Dieu Moukagni Iwangou et Guy Nzouba Ndama se sont annoncés.

Mais l’ex-patron du parlement garde confiance et indique que les divisions ne peuvent pas servir. Pour lui, si le candidat Ali Bongo Ondimba gagne, ça ne peut être que par une fraude généralisée.

«Mais nous savons ce qui se trame et nous prendrons toutes les dispositions pour l’empêcher de tricher », promet-il.

Sur la question de l’acte de naissance d’Ali Bongo Ondimba qui est au cœur des débats, M. Ndama estime que dès que le président a reconnu que l’acte de naissance qu’il a présenté en 2009 était un faux, il aurait dû tirer les conséquences qui s’imposaient.

Mais quant à la question de savoir si Ali Bongo est oui ou non le fils d’Omar Bongo, il dit que c’est un débat familial qui ne l’intéresse pas.

 OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*