Gabon : Jean Ping inculpé pour avoir maltraité des jeunes

Jean-PingLe Parquet de Libreville a inculpé l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Jean Ping accusé de maltraitance sur une quinzaine de jeunes , qui s’étaient attaqué à son domicile.

«Monsieur Jean Ping a fait l’objet d’une inculpation ce matin, à l’initiative du Parquet de Libreville», a écrit Jean de Dieu Moukagni Iwangu, un leader de l’opposition gabonaise sur sa page facebook.

L’inculpation de M. Ping a été faite sur auto saisine du Parquet de Libreville qui lui demande de répondre de maltraitance sur les personnes arrêtées par des citoyens accourus à son secours lors du saccage de sa maison, il y a quelques semaines.

Plusieurs personnes ne comprennent pas cette décision judiciaire alors que c’est plutôt le domicile de Jean Ping qui avait été caillassé à la mi-janvier par des jeunes prétendant demander des comptes sur leurs camarades interpellés par les forces de l’ordre lors d’une manifestation de l’opposition accordée puis interdite par le ministère de l’Intérieur.

C’est alors que quinze jeunes avaient été appréhendés, déshabillés et certains ligotés. Leurs photos avaient été postées sur les réseaux sociaux, par M. Ping et ses partisans.

Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA), passé dans l’opposition, a accusé les proches d’Ali Bongo Ondimba d’être à l’origine de l’attaque de son domicile.

Ping pointe du doigt accusateur Hervé Patrick Opiangah, collaborateur du président gabonais, Ali Bongo Ondimba qui a depuis vendredi annoncé qu’ «une citation directe en correctionnel a été adressée à M. Jean Ping pour délit de diffamation envers (sa) personne ». Et «l’audience y relative est prévue pour se tenir 2 mars 2015», a-t-il précisé.

«Sous la houlette de certains cadres de ce régime dont Hervé Opiangah, homme de main du président, une horde de vandales, s’est permise d’attaquer et de saccager une partie de mon domicile ce matin à Libreville», avait déclaré M. Ping.
Ping devra comparaître deux fois devant les tribunaux dans les prochains jours.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*