Gabon : Les faux géniteurs d'Ali Bongo ont plongé le Journal Le Monde dans leur topo mensonger

Presente-comme-ayant-ete-retrouve-lacte-de-naissance_de_bongoLe journal Le Monde a quel droit de publier l’acte de naissance le plus faux du monde ?
Oui, on comprend comment l’on peut continuellement rouler un grand peuple comme celui du Gabon en Afrique centrale, la vache laitière de la France.

Pour les faux géniteurs d’Alain Bongo riches comme des industriels, publier un acte de naissance faux dans le Journal Le Monde, est un gage de haute sincérité et d’autosatisfaction. Parce que pour eux, l’écho doit aller loin et retentir aux quatre coins du monde, question de lui donner un vernis de légalité.

Nzalakanda Dominique, celui qui deviendra le ministre de l’intérieur du président Fulbert Youlou, est celui qui aurait signé l’acte de naissance d’Alain Bongo en 1959, c’est-à-dire : l’acte d’un enfant qui n’est pas né sur le sol du Moyen-Congo, Territoire Colonial français pour un Congo sous l’occupation.

Eurekâ! La colonisation française continue jusqu’en 2014. Puisque depuis Paris, dans les beaux bureaux feutrés d’un Journal payé avec l’argent des contribuables gabonais, l’on peut s’amuser d’aller imprimer des faux actes de naissance pour se faire raison.

Lorsque nous avions adressé une lettre à madame Isabelle André, un nom tampon de ce journal Le Monde; ce nom qui a été publié par un patriote Gabonais, du nom de Nick Mbadinga, après avoir écrit cette lettre dans laquelle nous lui rappelions que l’acte de naissance du président gabonais dont vous vous apprêtiez à publier une copie dans les colonnes de votre journal, est tout à fait faux. Après que madame Isabelle l’ait bien reçue, j’ai été même interpelé par une gabonaise célèbre sur facebook, nommée Anne-Marie Dworaczek-Bendome sans comprendre quelle est sa vraie motivation, alors, AMDB m’a semblé dire que je haïssais Alain Bongo. ..

Franchement, cela ne m’émeut pas du tout parce que ma lutte ou mon engagement pour les droits de l’homme en Afrique et dans le monde, n’est pas pour applaudir des gangsters qui viennent au pouvoir par effraction, en cassant des barrières faits pourtant des fils barbelés.

On ne peut pas laisser passer des crimes parce qu’on aurait tissé des bonnes relations avec des hommes politiques véreux. Auquel cas la démocratie et l’alternance n’existeront jamais dans nos pays…

Pourquoi seulement avec l’acte de naissance d’Ali Bongo que les Gabonais ont des problèmes ? Pourtant tous les enfants de Bongo ont bien des actes de naissances et surtout avec des géniteurs bien connus !
Le cas de Pascaline Bongo, issue de mère congolaise de Brazzaville qui ne sera jamais candidate à l’élection présidentielle parce que la loi fondamentale gabonaise ne le permet pas.

Pourtant c’est clair comme l’eau de source !

Que veulent certains gabonais ?

Ont-ils bien senti les secousses d’un régime totalitaire qui dure depuis 47 ans ?
En tout cas, avec Ali Bongo c’est la véritable continuité du pouvoir Bongo. Il n’y a pas de changement, même si Bilié By Nze peut défendre son maître franc-maçon Ali Bongo.

Il n’y a aucun changement entre Bongo Ondimba et Ali Bongo, c’est la continuité qui fera toujours des riches au détriment des millions de gabonais.

Pourquoi avoir publié l’acte de naissance plus que faux dans le journal le Monde ? Je viens de trouver la réponse : c’est pour continuer de faire croire aux gabonais que l’enfant est bel et bien sorti des entrailles de Joséphine Kama dont on sait qu’elle n’avait pas d’enfant à l’âge de 12 , 13 , 14 et 15 ans à Brazzaville.

Nombreux oublient que cette Joséphine kama n’avait même pas 17 ans et que l’armée française ne pouvait pas tolérer des mineurs coucher avec des militaires. Si Bongo avait 16 ans, on le comprendrait, mais, à 24 ans avoir une femme de 14 ans, vous rigolez devant qui?

Devant quelle armée qui tolèrerait une telle illégalité ? Que les Français du journal Le Monde ne nous prennent pas pour des gamins. C’est bien eux des pauvres gamins qui y travaillent et n’ont aucune leçon à donner aux africains. Tous ces jeunes que je regarde souvent dans des maisons de presse, certains ne savent même pas que Brazzaville a joué la capitale de la France-libre pendant la 2e Guerre Mondiale. ET, je dis bien que je mets au défi le Journal Le Monde de nous faire la traçabilité de cet acte qui devient une raison d’arnaque supplémentaire.

Tout le monde sait qu’à Brazzaville, Joséphine Kama n’y était pas mère, parce qu’une mère est celle qui porte un enfant. Si elle a épousé Bernard Bongo, justement pour des raisons de changement ou de permutation avec l’une de ses sœurs qui avait déjà pour époux le même Bongo et qu’ayant été abandonnée pour raison d’analphabétisme, cela est un autre dossier, quand on connait les déboires qu’aura vécus Bernard Bongo, déboires consécutifs aux complications qui lui avaient été imposées par le père de la mère de Pascaline.

Et, je connais les ressortissant de l’ethnie Bembé dont est issu la mère de Pascaline Bongo de ne jamais épouser un Téké…

Cette question est d’autant plus importante pour comprendre que Si Pascaline a passé une partie de son enfance au Congo, ce n’est pas fortuit, c’est-à-dire de la naissance à plus de 6 ans voire plus. Son grand-père n’en avait que foutre de Bongo le Teké. C’est comme ça que ça se disait culturellement dans certaines ethnies. ..

Si l’on revenait à nos moutons, bien que nous n’ayons pas de pâturage, Le journal Le Monde est d’abord une entreprise qui a un personnel et pour cela, il faut des entrées…
Voyant un riche gabonais venir vers le journal le Monde avec tout un pactole, on a quel degré de réflexion pour refuser des millions qi seraient sûrement proposés pour afficher un faux acte de naissance ?

Le neveu cher à Boniface Asselé le centrafricain, est un président du Gabon y compris le chef du Trésor Public gabonais. Tout a pu se jouer dans le sens de gros lot à donner au journal le Monde afin que l’acte rare d’un homme aussi rare soit publié ! Vive la coopération franc-gabonaise en matière de loucherie !

Maintenant l’on peut dire que l’affaire est bouclée ? Que Joséphine Kama est la mère légitime du tout puissant maître franc-maçon Ali Bongo ? Bigre !

Je crois que si je peux être méchant pour être bin compris, je dirais à Ali Bongo qu’il parte du pouvoir, ca il va provoquer une guerre, pas parce que le peuple gabonais ou l’opposition l’aura voulu, mais parce que lui-même Ali Bongo, ses pseudos-géniteurs y compris son zélateur- conseiller Bilié By Nzé le petit-gris, l’auront voulu à cause des privilèges matériels et financiers qui les obligent à prendre les gabonais pour des petits cons. Et, je crois bien que notre hyper activiste du Net, madame Anne-Marie Marie Dworaczek-Bendome aura tout le bonheur de me prendre pour un homme qui détesterait Ali Bongo.

Oui, tout comme Sassou, Biya, Idriss Deby, Ouattara, Faure Gnassigbé, Dos santos et Obiang Nguema. Ils n’ont pas la chance d’échapper à la critique d’un militant des droits de l’homme de ma petite taille en termes de visibilité, parce qu’ils volent leurs peuples respectifs. Ils sont dictateurs. Il serait bon qu’ils quittent tranquillement le pouvoir. Voilà !

Je crois que Les Français continuent à se moquer des Noirs. Le journal Le Monde parle même de xénophobie au Gabon. Mais, je suis étonné de tels propos ! Eh oui ! Devant l’argent, on ne voit rien d’autres… Même les aveugles voient avec les yeux de leur esprit.

Monsieur les journaliste du journal le Monde, l’acte de naissance d’Ali Bongo, président auto-proclamé en 2009 au Gabon est le vrai faux acte de naissance qu’aucun chef d’État au monde n’ait eu.

Gervais Mboumba, militant des droits de l’homme – acte de naissance: journal le Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*