Gabon-Média : Les menaces inopportunes de Charlie Bongo contre la presse privée libre

Ali-bongoPatrimonialisation du bien public quand tu me tiens ! En réponse aux vœux de la presse à son endroit, Ali Bongo s’est trompé de posture, en se question sans l’ombre d’un sourire sur la nécessité de continuer à subventionner une presse critique, à demi-mot, une presse très critique sur ses faux pas et très alerte sur les faits et gestes de sa bien aimée légion étrangère !

Simple orientation de bon sens, la presse n’est nullement au service du pouvoir- en dehors de sa presse à elle-, mais de la société, celle là même qui, en dehors du financement parallèle du ’’ Popo’’ à la presse aux ordres, lui accorde la subvention qui fait débat. Et ce n’est certainement pas à Ali Bongo himself de s’arroger le droit d’affamer la presse libre, au nom de sa vision à lui tout seul, du journalisme.

Et si Charlie Bongo se trompait de cible ? La presse étant le reflet de la société, le fils Bongo aurait bien pu commencer par se questionner sur l’Etat de santé la Nation ! Car entre le miroir et l’objet reflété, ce n’est certainement pas le miroir qu’il faudra blâmer. C’est à croire que l’état de la société qui influence le rendu du journaliste, inspire des inquiétudes.

Le Gabon étant le champ principal d’action du journaliste local, c’est plutôt au Gabon de changer, sinon à ses dirigeants de le transformer, s’il vous plait, en bien, pour enfin permettre à la presse de relayer tout le bien qu’elle sait de lui.

Pour preuve,Charlie Ali Bongo pourrait faire la prouesse de débarrasser le peuple gabonais du joug de la légion étrangère, et la presse n’en fera plus ses choux gras, puisque la question ne serait plus d’actualité. Les politiques tournés vers les pratiques odieuses comme les crimes rituels, l’homosexualité et les crimes économiques peuvent eux aussi aider la presse à se priver de tels sujets, en cessant de continuer, qui, à ‘’zigouiller’’ le prochain, qui, à confondre les caisses de l’Etat à leurs poches, et la presse n’aurait plus rien à se mettre sous la dent, à propos.

Mieux, le plan stratégique Gabon émergent gagnerait à se doter d’une âme en accordant aux gabonais les minimas sociaux, et la presse cessera de crier à l’amateurisme ! Bref, ces types de cas, nous pouvons les multiplier à l’infini.

A mon sens, la presse n’est donc pas le problème fondamental, mais la société gabonaise qui est visiblement rongée par un cancer de pays ‘’au brouillon’’. C’est dire que la solution pourrait passer par la présence urgente à son chevet, d’un médecin à la hauteur de l’ampleur de la pathologie ! Comprenons donc que la presse ne saurait faire les frais d’une colère justifiée, sous prétexte d’avoir fait le choix de relayer une triste et dure réalité, dépréciée par l’émergent en chef !

‘’C’est comme si, il ne se passait rien de bon au Gabon’’ tentait de se justifier Ali Bongo ! Sauf que ses conseillers en la matière, – à moins de ne vraiment écouter personne d’autre que le ‘’popo ‘’- ne lui ont pas briefé sur l’intérêt majeur du journaliste de s’intéresser au train qui arrive en retard, plutôt qu’à celui qui arrive à l’heure ! Et même au nom du griotisme, pourquoi tairons-nous l’aspect contre pouvoir de la presse, baromètre de la démocratie et censeur des mauvaises pratiques des dirigeants ?

Le journaliste à l’instar des agents d’autres corps de métiers, est contributeur au budget de l’Etat, duquel sont tirées en grande partie les subventions accordées aux organisations des travailleurs et aux autres composantes de la société.

Des fonds qui ne sont nullement la résultante d’une faveur présidentielle, mais la conséquence d’un engagement national scellé avec la caution du peuple, via ses représentants au parlement. Ali Bongo se saurait-il par ailleurs questionné sur l’idée que se font les gabonais de la presse privée libre, avant de prendre le risque de tomber pieds et mains liés dans le fossé de la patrimonialisation du bien public ?

Face à cette énième tentation des démons de la dérive autocratique, l’heure est probablement à la vigilance dans les états major émergents!

Copyright@www.mazleck.com

Janvier 2015

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*