Gabon – Présidentielle 2016 : Mission impossible pour Ali Bongo Ondimba

jean-ping-ali-bongoLe ralliement de deux poids lourds de l’opposition gabonaise derrière Jean Ping, pourrait changer l’issue de la Présidentielle et consacrer l’ex-Président de la Commission de l’Union Africaine, Président de la République du Gabon, au soir du 27 Août 2016.

Ce rebondissement dans la course au fauteuil présidentiel pourrait pour la première fois dans l’histoire du Gabon, asseoir une alternance, si les conditions de transparence sont réunies lors du scrutin.

Guy Nzouba-Ndama, Casimir Oyé Mba et Jean Ping, les trois gros candidats de l’opposition, ont des arguments pour battre Ali Bongo Odimba.Ce sont des personnages ayant un poids politique .

En plus de ce que ces trois personnages représentent au Gabon, Ali Bongo Odimba a des raisons d’avoir des soucis. Il sait désormais que, la Présidentielle 2016  ne sera plus une balade de santé comme ce fut le cas en 2009, où l’homme avait défendu un programme bien ficelé.

En 2016, le Président sortant qui, visiblement a un bilan négatif (nous y reviendrons), s’appuie sur un slogan : « Changeons ensemble ».Ses adversaires d’aujourd’hui qui hier, l’adoubait pour son programme, l’accuse de ne rien proposer en 2016, aux gabonais. Les gabonais estiment que si le Président sortant parle aujourd’hui de rupture, c’est que c’est avec lui-même. En un mot, Ali Bongo Odimba a échoué et il doit partir.

Et tout est mis en œuvre par les ténors de l’opposition pour qu’il parte par les urnes. C’est tout le sens du ralliement.

-Ralliements politiques : quand Nzouba et Oyé Mba soutiennent Ping-

Guy Nzouba-Ndama sort du Parti Démocratique Gabonais (P.D.G) pour affronter son allié d’hier. Il a été Président de l’Assemblée Nationale de Janvier 1997 à Mars 2016, c’est-à-dire sous le père et le fils Bongo. En 2009, Guy Nzouba-Ndama et le Secrétaire Général du P.D.G, Faustin Boukoubi ont œuvré pour porter au pouvoir Ali Bongo.

Guy Nzouba-Ndama a démissionné du P.D.G pour rejoindre l’opposition, en dénonçant sur les médias du monde entier, l’échec de la politique d’Ali Bongo Odimba.Il a avec lui, une soixantaine de députés issus de toutes les provinces. C’est donc un homme politique accompli.

Casimir Oyé Mba a hérité du Parti, Union National laissé par André Mba Obame, décédé. André Mba Obame était un transfuge du P.D.G. Il a créé le Parti National en 2009  et avait contesté la victoire d’Ali Bongo Odimba lors de la Présidentielle.

Casimir Oyé Mba a été Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) ; 1er Ministre de la République gabonaise de 1990 à 1994, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération jusqu’en 1999, Ministre de la Planification et de l’Elaboration des Programmes et enfin Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie. Il avait aussi démissionné du Gouvernement en 2009, pour se présenter contre Ali Bongo Odimba.

Jean Ping est diplomate. Il a été élu Président de la Commission de L’Union Africaine le 1er février 2008, en remplacement du malien Alpha Oumar Konaré, en fin de mandat. Il a occupé plusieurs portefeuilles Ministériels dont, celui de Ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de la Francophonie de la république du Gabon de 1999 à 2008.Il a rompu avec le P.D.G. le 1er février 2014 et est entré en conflit ouvert avec Ali Bongo Odimba.Cela fait deux ans qu’il fait le tour du Gabon ; il a fait tous les villages en voiture et a dormi dans les huttes ; une leçon d’humilité qui a marqué les populations gabonaises. Dans la conquête du Gabon profond, Certains de ses partisans y ont laissé leur vie dans des accidents de la circulation.

Ces trois hommes d’ethnie différente, ont décidé de se mettre ensemble pour en sortir un (Jean Ping) contre Ali Bongo Odimba.

-Ralliements ethniques : quand les fangs soutiennent Ping –

En Afrique, la question ethnique a toujours pesé dans la balance lors des élections. Le Gabon n’échappe pas à la règle.

Les Fangs sont le groupe ethnique majoritaire. Ils sont situés dans la zone frontalière Gabon-Guinée Equatoriale-Cameroun.
Le Président équato-guinéen, Obiang Nguema Mbasogo et le camerounais, Paul Biya sont fangs. Leur rêve est de voir un fang au pouvoir au Gabon pour une sous-région forte. Ce groupe ethnique a apporté son soutien total à Jean Ping. C’est d’ailleurs ce qui l’a galvanisé et guidé sa candidature.

Le Directeur de Campagne de Jean Ping,René Ndemezo’o Obiang (ancien Ministre de la jeunesse et des sports), tient le nord. C’est un politicien de carrière, ex-chargé de la propagande d’Omar Bongo. Renforcé par Casimir Oyé Mba, lui-même fang de Libreville, il n’y a pas match.

L’ancien Président de l’Assemblée Nationale est issu du 2ème plus grand groupe ethnique (les Nzebis).Nzouba tient ses hommes parce que leader de sa région. Il s’appuie sur un réseau important de députés.

Ping pour sa part, est du 3ème groupe ethnique le plus important. Il est de Port-Gentil. L’accès de ce territoire se fait par la mer. C’est le plus grand bastion de l’opposition. Un groupe ethnique, par excellence contestataire. Ce peuple a défié Omar Bongo. L’étincelle pourrait venir de cette localité si les élections ne se font pas dans les règles de l’art.D’ailleurs, un quadrillage militaire de Port-Gentil est en œuvre.

Quand on associe les deux grands groupes ethniques à celui de Jean Ping, mathématiquement, Ali Bongo Odimba du groupe ethnique minoritaire peut dire aurevoir au fauteuil présidentiel. Il semble même qu’une partie de l’armée est en train de se désolidariser d’Ali Bongo Odimba.

Pour la première fois donc, une alliance entre des poids lourds s’est faite à l’unanimité, pour un homme (Jean Ping), contre un autre (Ali Bongo Odimba).Comment dans un tel contexte, le Président sortant peut-il gagner ? Sauf un passage en force ! Les observateurs estiment que, Ali Bongo est donc contraint de tricher pour gagner. « Bye bye Ali »!

Marie-Ravor Freeman

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*