Gambie : trois détenus meurent en prison

Ban Ki-moon dit avoir appris la mort en détention de trois membres de l’opposition gambienne. Un premier décès avait été annoncé samedi, celui de l’opposant Solo Sandeng.

Image copyrightAP
Image captionBan Ki-moon réclame la libération de toutes les personnes arrêtées lors des manifestations des 14 et 16 avril 2016 en Gambie.

Selon le secrétaire général de l’ONU, les trois décès sont liés à une manifestation organisée par des opposants gambiens, jeudi, à Serrekunda, près de Banjul, la capitale de la Gambie.

L’opposition accuse le gouvernement d’être responsable de la mort de Solo Sandeng, le secrétaire national à l’organisation du Parti démocratique uni (UDP).

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International, Sandeng a été arrêté lors d’une manifestation dispersée violemment par la Police gambienne.

Image copyright
Image captionLe régime de Yahya Jammeh est souvent accusé de violations des droits de l’homme.

Les manifestants réclamaient des “réformes électorales” en perspective de l’élection présidentielle gambienne prévue en décembre prochain.

Ban Ki-moon a par ailleurs demandé l’ouverture d’une enquête sur la mort des détenus. Il a réclamé la libération de toutes les personnes arrêtées lors des manifestations en Gambie.

Parmi les personnes détenues figure le chef de l’opposition, Ousainou Darboe, qui a été arrêté samedi, lors d’une marche de protestation contre la mort de Solo Sandeng.

Les rassemblements de l’opposition sont rares en Gambie, un pays dont le régime est souvent accusé de violer les droits de l’homme.

Le pays est dirigé depuis 1994 par Yahya Jammeh. Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat, M. Jammeh a été réélu plusieurs fois à la tête du pays.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*