Gaz – “La constitution oblige le gouvernement à publier le contrat de partage de production”

La constitution et le code de transparence des finances publiques obligent le Gouvernement à publier le contrat de partage de production du gaz de St-Louis et Kayar. Les propos sont du député Mamadou Lamine Diallo, le leader de Tekki qui saisit la balle au rebond suite aux interpellations d’Idrissa Seck à l’endroit du président Macky Sall, sur l’obligation de rendre public le contrat signé avec la Mauritanie en vue de l’exploitation du gaz découvert entre les deux pays.

Le député à l’Assemblée nationale estime que le chef de l’Etat sénégalais, invité récemment à Nouakchott par son homologue Aziz, a signé en position de faiblesse.

“Avec l’implication de sa famille dans ce dossier, le Président de l’APR/BBY est allé négocier en position de faiblesse en Mauritanie. Il faut être naïf pour penser que le Président Aziz ne dispose pas du dossier de Petro-tim et Timis Corporation. Ce n’est pas par hasard que le Président Aziz ait accueilli le Président Macky Sall dans une tenue bien touareg”, écrit Lamine Diallo dans ses questions économiques dont copie est parvenue à Seneweb.

“L’on a tous appris qu’on ne signe pas un contrat bilatéral engageant le Sénégal et son avenir à l’étranger. Macky Sall, le féru de diplomatie économique ne doit pas l’ignorer. S’il est parti à Nouakchott, c’est qu’il était en position de faiblesse, renchérit-il. Dans ce dossier, même si les recherches ont débuté en Mauritanie, le réservoir de gaz se trouverait en territoire sénégalais. C’est pourquoi Kosmos est venue au Sénégal. Qu’est-ce que le Sénégal a signé ?, un partage 50-50 avec la Mauritanie ? En tous cas, Il semble bien que ce n’est pas à l’avantage du Sénégal, vu la nervosité du régime, suspecte le parlementaire”.

“La transparence dans la gestion des ressources naturelles qui figure dans la constitution ne signifie pas un compte rendu lapidaire devant des ministres apeurés en Conseil des Ministres d’un voyage en Mauritanie”, critique le leader de Tekki.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*