GESTION DURABLE DES PETITS PELAGIQUES EN AFRIQUE Les Etats du nord-ouest créent un Comité Consultatif Régional

Dakar abrite depuis hier, mardi 3 septembre2013, un atelier sous régional sur la gestion concertée des petits pélagiques en Afrique du nord-ouest. Organisé par la Commission sous régionale des pêches (Csrp), cette rencontre de 72heures marque aussi le lancement du Comité Consultatif Régional(Ccr), chargé de faire la promotion de l’exploitation durable et la gestion coopérative des petits pélagiques en Afrique du nord-ouest.
pecheur_senegalais
Face à la pression de plus en plus croissante sur les petits pélagiques « yaboye », les pays membres de la Commission sous régionale de pêche (Csrp) : Mauritanie,  Sénégal, Gambie,  Guinée, Guinée Bissau, Sierra Léone et les Îles du Cap Vert, ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de voler à la rescousse de cette espèce menacée de disparition.

C’est ainsi qu’une rencontre sous régionale de trois jours a démarré hier, mardi 3 septembre, autour de la gestion durable de cette espèce considérée aujourd’hui comme menacée. Elle est d’ailleurs qualifiée par certains participants comme un grand pas posé vers l’harmonisation des politiques de gestion de ces petits pélagiques en Afrique du nord-ouest.

Organisée par la Commission sous régionale de pêche (Csrp), cette rencontre a été également marqué par le lancement officiel du premier organe consultatif sous régional chargé de la promotion de l’exploitation durable et la gestion coopérative de ces petits pélagiques en Afrique du nord-ouest. Il s’agit du Comité Consultatif Régional (Ccr). Cet organe comble ainsi l’absence de cadre de concertation régionale qui caractérise jusqu’ici la gestion durable de cette ressource entre ces pays concernés par cette ressource. «Les poissons pélagiques sont de gros migrateurs. Ils migrent du Maroc au sud de la Gambie d’après les données scientifiques disponibles.

Cette migration se fait à des périodes différentes. Ces poissons sont donc partagés entre beaucoup de pays. Le constat à l’heure actuelle, c’est que ces pays ne disposent d’aucun cadre d’échange. Ils ne discutent pas, chacun développe sa propre politique d’exploitation de ressources sans concertation préalable avec ses voisins. Aujourd’hui, nous avons l’honneur d’installer ce comité consultatif qui aura une forte représentation des organisations, de l’administration, de la société civile et de la recherche», s’est réjouit Hamady Diop, responsable du département recherche et système d’informations au niveau de la Commission sous régionale de pêche (Csrp).

Cet organe est donc appelé à assurer la coordination des différentes commissions nationales pour une gestion plus rationnelle de ces petits pélagiques dont la capture annuelle pour l’année 2010 en Mauritanie, au Sénégal et au Maroc est évaluée à près de 2.6 millions de tonnes.

Il est de rappeler que le lancement de cet organe intervient également dans un contexte sous régional marqué par un essor de l’industrie de transformation de cette espèce halieutique en farine destinée à l’exportation en Mauritanie, mais également l’explosion de l’effort de pêche au Sénégal, avec presque le doublement du nombre de pirogues en mer.

De son coté, Sidya Diouf, directeur adjoint des pêches au Sénégal, a salué cette démarche communautaire de gestion durable de cette espèces qui représente près de 71% de débarquements totaux dans notre pays (pêche artisanale et industrielle). «Chaque pays a une politique particulière de gestion de ressources. Il existe des visions différentes entre ces pays.

Dans certains pays, c’est la valorisation de la rente, d’autres c’est l’aspect sécurité alimentaire. On ne peut pas gérer tout seul ces petites sardinelles du fait de leur mobilité, on est donc obligé de collaboré avec les différents pays», a-t-il fait remarquer lors la cérémonie d’ouverture.

In the Spotlight

Le “fantasme” d’un nouveau djihad peul

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Assis en tailleur, paupières closes et paumes tournées vers le ciel, Saidu Bello se recueille au pied d’un imposant tombeau en marbre, recouvert de velours bleu: c’est à Sokoto, vieille cité du nord du Nigeria, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*