Haj Mansour Mbaye à cœur ouvert : «Le palais de la République n’était pas indépendant»

El Hadji Mansour Mbaye
El Hadji Mansour Mbaye
El Hadji Mansour Mbaye

Ses relations avec les présidents Abdou Diouf, Abdoulaye Wade puis Macky Sall, le griot et communicateur traditionnel, El Hadji Mansour Mbaye en parle dans un entretien au quotidien gouvernemental Le Soleil. L’homme, qui a été observateur puis acteur et témoin de l’histoire politique du Sénégal, aux côtés du successeur de Senghor à la tête de l’État, se livre à cœur ouvert. Morceaux choisis. 

Gardien de la Constitution 

« Le président Abdou Diouf est d’abord un parent à moi. Les relations entre nos deux familles ont existé bien avant notre naissance. Ces relations ont été maintenues jusqu’à ce qu’Abdou Diouf soit devenu président de la République. Personnellement, je connais son père, sa maman et ses tantes. Lorsqu’il fut président, sa mère lui rappelait nos liens de parenté et d’amitié », ressasse Haj Mansour, dans les colonnes du journal.

« C’est en écoutant la radio quand il quittait Kaolack pour aller à Kaffrine, poursuit-il, que le président a entendu que je l’ai appelé le gardien de la constitution. Une appellation que Lamine Guèye avait donnée à Vincent Auriol lorsqu’il était président de la République française socialiste lors d’une visite officielle à Dakar ». 

Il décline l’appel de Pape Diop à rejoindre Wade 

Sur ses relations avec Wade, Haj Mansour se fait moins loquace. Seulement, évoque-t-il, Pape Diop, ancien maire de Dakar et ancien président du Sénat, lui avait demandé de venir aux côtés du président Wade.

« Je lui ai répondu, poliment que je suis derrière tout ce qu’il fait pour la République. Par contre, je préfère qu’il me laisse dans mon parti, car je suis un socialiste dans l’âme », rapporte le griot, non sans préciser qu’il avait toutefois de bons rapports avec Wade, « qui avait beaucoup de considération pour moi et vice-versa ». 

Excellentes relations avec Macky Sall 

Avec le président Macky Sall, « Nous avons toujours d’excellentes relations… À l’époque de son conflit avec le président Abdoulaye Wade, nous avons continué à garder de très bonnes relations. Son ami Farba Bgom, qui est son griot personnel, me considère comme son propre père… », confie-t-il. 

Nous sommes indépendants depuis 1960, mais le palais n’était pas indépendant 

Enfin, El Hadji Mansour Mbaye de saluer les acquis du Sénégal, en matière de démocratie et en termes d’infrastructures construites depuis 1960.

« Dans le passé, si on nous disait que le nombre d’universités, d’hôpitaux allait augmenter, que des autoroutes à péage à l’image de celle qui relie Dakar et Touba seraient construites, personne n’allait le croire. Ce n’est pas facile de gérer le Sénégal. Nous sommes indépendants depuis 1960, mais le palais n’était pas indépendant.

Car toutes les premières dames qui se sont succédé avaient pour nom : Colette Senghor, Elisabeth Diouf, Viviane Wade. C’est la première fois que nous avons une grande dame sénégalaise au Palais en la personne de Marième Faye Sall.

Il s’agit d’une femme qui s’habille avec élégance, qui fréquente les mosquées, les églises. Elle se distingue par ses œuvres sociales », commente le griot et communicateur traditionnel. Qui dit toutefois n’avoir plus le temps, aujourd’hui, sous le poids de l’âge, d’aller dans les stades pour suivre la lutte ou à Sorano

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*