Hausse de l’électricité: Un camp du parti de Gbagbo annonce une plainte contre « Ouattara et son gouvernement » pour « harcèlement économique»

ADOauquatar-000694Un camp du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), conduit par Aboudramane Sangaré et qui demande « l’annulation » de l’augmentation des tarifs d’électricité, a annoncé mardi, une plainte contre le chef de l’État Alassane « Ouattara et son gouvernement » pour « harcèlement économique de la population ».

« Le PPI va porter plainte devant les juridictions nationales et internationales contre Alassane Ouattara et son gouvernement pour harcèlement économique et abus de position sur la population », a dit l’ex-ministre Alphonse Douaty, devant des journalistes.

Pour lui, les Ivoiriens sont « victimes » de cette hausse des prix de l’électricité, ce qui a créé des violences, qui ont occasionné de « nombreux blessés et d’importants dégâts matériels » dans certaines villes du pays.

De récentes manifestations contre la hausse des tarifs de l’électricité qui ont vite basculé en des confrontations avec la police ont dégénère, dans les villes de Bouaké, Yamoussoukro, Daloa et Tiassalé. Pour éviter des tensions, d’importants renforts policiers et militaires ont été déployés dans plusieurs dont Bouaké, deuxième ville du pays, où les violences ont fait un mort.

Il a estimé que le problème ne vient pas de la Compagnie ivoirienne de l’électricité (CIE), mais plutôt du gouvernement, qui a trouvé un « alibi pour masquer (son) incapacité à donner un mieux-être aux populations ».

M. Douaty a dénoncé un « Etat de siège que M. Ouattara installe dans le pays sans aucune base légale », en évoquant le déploiement de près de 8.000 agents des forces de l’ordre pour prévenir toute manifestation contre la hausse du prix de l’électricité.

Pascal Affi Nguessan, le leader statutaire du Front populaire ivoirien (Fpi), le part de Gbagbo, avait invité le chef de l’État à prendre des mesures visant à ramener le calme et la sérénité au sein des populations.

Pour le président du Fpi, le gouvernement devrait « ordonner l’annulation pure et simple des facturations fantaisistes et provocatrices à la base des émeutes auxquelles l’on assiste à l’heure actuelle et d’engager des actions vigoureuses contre la cherté de la vie ».

Suite à la grogne populaire concernant l’augmentation des factures d’électricité en Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat Alassane Ouattara, avait décidé à l’occasion de la fête du travail l’annulation de l’ajustement tarifaire intervenu en janvier 2016 ainsi que du remboursement aux usagers.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*