HISSEIN HABRE A LA COUR D’ASSISES LE JUGE D’INSTRUCTION DES CAE CONFIRME MBACKE FALL

L’ancien président du Tchad, Hissène Habré
L’ancien président du Tchad, Hissène Habré
L’ancien président du Tchad, Hissène Habré

C’est officiel, l’ancien président tchadien Hissein Habré va désormais répondre des «actes» qui lui sont reprochés devant la Chambre africaine extraordinaire d’assises. La Chambre africaine extraordinaire d’instruction a donné suite à la demande du Parquet général près les Chambres africaines extraordinaires (CAE) dans ce sens à travers «une ordonnance de non-lieu partiel, de mise en accusation et de renvoi».

Une semaine après sa saisine par le Parquet général près les Chambres africaines extraordinaires (CAE), pour la traduction de l’ancien président tchadien devant la Cour d’assises spéciale créée au sein des juridictions sénégalaises, la Chambre africaine extraordinaire d’instruction, a rendu une ordonnance dans ce sens.
Selon un communiqué de la Cellule de communication des CAE daté d’hier, «la Chambre africaine extraordinaire d’instruction, dans le cadre de la procédure suivie contre Hissein Habré et autres, a rendu, ce jour 13 février 2015, une ordonnance de non-lieu partiel, de mise en accusation et de renvoi».
 
«Cet acte renvoie l’inculpé, Hissein Habré, devant la Chambre africaine extraordinaire d’assises pour y être jugé pour crime contre l’humanité, crimes de guerre et crime de torture», précise la source. Toutefois, il faudra attendre plusieurs mois pour que l’Afrique et le monde entier soient édifiés sur le sort qui sera réservé à l’ancien homme fort de N’djamena et ces coinculpés en ce sens que le procès devrait durer des mois.
 
Le Parquet général près les Chambres africaines extraordinaires a pris, le jeudi 5 février, le «réquisitoire définitif de mise en accusation et de renvoi» de Hissein Habré devant la Chambre africaine extraordinaire d’assises, pour y être jugé des chefs d’accusation de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture. 
 
Le Procureur général près les CAE avait reçu, il y a un peu plus d’un mois, le 5 janvier 2015, de la Chambre africaine extraordinaire d’instruction, communication du dossier de la procédure aux fins du règlement définitif.
Hissein Habré, poursuivi sur la base d’un mandat de l’Union Africaine (UA) confié aux CAE sera donc jugé par cette juridiction spéciale créée au sein des tribunaux sénégalais pour crime de guerre, crime contre l’humanité et actes de torture perpétrés sur le «territoire tchadien du 7 juin 1982 au 1er décembre 1990», durant son magistère. 

Ibrahima DIALLO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*