Hold up ou plus exactement racket permanent: Le Sénégal une démocratie bafouée. Par Bamba Guèye Lindor

7242879-11122898 7240818-11119295 Me Abdoulaye Wade à Cheikh Sidy Mokhtar MbackéKarim “en liberté provisoire définitive”. Nous nous approchons de la fin de ce film qui nous est joué depuis maintenant près de deux ans.  Une farce. Toute personne avertie devait savoir que karim en prison n’était qu’un leurre, une diversion parmi tant d’autres. Des milliards disparus qui ne reviendront plus jamais, des milliards dépensés pour un soi-disant procès, tout cela pour encoreune fois duper le peuple sénégalais.

Il est temps que ce peuple se réveille et arrête d’accepter d’être ignare. Vous passez votre temps à débattre de l’insignifiant au lieu de vous occuper de l’essentiel. Vos enfants qui crèvent à l’étranger, votre manque de soins, d’éducation pour vos enfants, vous manquez de tout, même de quoi manger et pendant ce temps des malfrats de tous bords vous pillent, et se partagent les maigres revenus du pays et vous, vous suivez sans broncher.

La bande est importante, les politiciens et les rabatteurs de sociétés civiles, de groupes, d’associations et surtout de chefs religieux qui deviennent complices et même actionnaires des politiciens. Regardez le défilé qui se passe à Touba.  Mon homonyme n’aurait jamais cautionné cettepratique.

Oui, ma chère famille de Touba, vous recevez despilleurs de notre peuple et moi je vous dis par ce texte que vous ne défendez par les faibles. De larron à larron il n’ y a que la main. Les corbeaux ne crèvent pas les yeux aux corbeaux, ils mangent à la même écuelle.

Depuis 1960, ceux qui devaient protéger et guider notre peuple l’ont abandonné, oui, tous, tous vous vous êtes enrichissur le dos des faibles, ça suffit.

Je vous connais presque tous, les actuels et surtout les anciens. Oui, fils d’Ibrahima Seydou Ndaw, de Valdiodio, beau frère d’Ibrahima Sarr, fils de Doudou Gueye, de Lamine Gueye, de Djim Momar Gueye, de Diaraf Diouf, Cisse Dia et j’en passe… J’ai connu et côtoyé tout ce monde quia dirigé le pays hier.

Abdou Diouf, toi le revenant, mon cher, tonlivre n’a aucun intérêt. Pour nous tu es en retard. Je me demande pour qui tu roules, revenir nous parler des hommes qui ne sont plus de ce monde est indigne. Que Collin donnait des ordres à Djibo Ka ou pas, toi aussi tu exécutais ses ordres. Entre Djibo et Moustapha, ce dernier avait réagi comme il le devait.

Une seule question m’intéresse : que s’est-il passé entre Collin et Omar Diop Blondin?

De nos jours la majorité des sénégalaisse montre islamiste. L’Islam ne se montre pas, il se vit de l’intérieur et sepratique par des gestes doux et discrets. L’homme de Dieu doit être humble, discret et surtout sensible à la sagesse. La sagesse de nos grands-pères comme l’était Bamba et Maodo ne se rencontre plus aujourd’hui.  On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même après un trajet que personne ne peutfaire pour vous, que personne ne peut vous épargner.

A Touba : de Serigne Fallou à Serigne Bassirou Mbacke en passant par Serigne Abdou Lakhate, et  à mon cher préféré Souhaibou Mbacke,  ceux qui ont eu la chance de les côtoyer voyaient en eux des gestes doux et ressentaient à travers leur regard un amour vers son prochain. Pareil pour ceuxde l’époque de Tivaouane et de Medina Baye. Dire que tout était parfait serait faux mais le Sénégal étais moins aigre, plus généreux, moins agressif et avait plus de culture et de respect. A moins de 40 ans de là, notre pays perd toutes ses valeurs.

Le sénégalais était riche et généreux,  riche d’une richesse qu’aucune somme d’argent ne peut payer. Revenons à nos valeurs, celles que nos ancêtres nous avaient laissées. Le plus dur ce n’est pas la pauvreté matérielle mais la perte de ces valeurs à cause du fric. Cherchons à réussir notre vie plutôt qu’à réussir dans la vie.

Je vous avoue à tous, chères et chers compatriotes, qu’il est temps que les langues se délient, surtout que l’on arrête cette hypocrisie, cette lâcheté. Vous vous dites musulmans, le musulman est loin de tout ce vous êtes aujourd’hui.  Une chose est claire, si vous êtes musulmans, moi je ne le suis pas parce quenous n’avons pas le même Dieu et nous ne suivons pas les mêmes pas de nosgrands hommes. Bamba et Maodo seraient d’accord avec mes écrits.

J’attends de pied ferme à qui le souhaite d’aller au fond de ce que j’avance. A tous mes parents que je viens de citer, que la terre vous soit légère. Je vous cite et continuerai à vous citer parce que sans son histoire, l’homme est perdu et aujourd’hui dans notre pays les gens marchent sur leur  tête enoubliant l’histoire ou faisant semblant de l’oublier.

Une chose est certaine, le Sénégal est encore remplit de femmes et d’hommes bons et honnêtes prêts à se lever pour dire non, mais la pratique précède la théorie.

Aujourd’hui  soyons  cohérents, assumons  nos actes jusqu’au bout.  A Mansour Sy que je me permets d’appeler Mansour du fait qu’il est mon neveu,  à Sidy Lamine Niasse et à son frère Ahmed Khalifa Niasse, mes cousins du Saloum et pour citer le 4ème Serigne Modou Kara Mbacke, le seul du groupe que je n’ai pas rencontré ni de près, ni de loin, ce qui m’impose le vouvoiement :

Mes “chers” réunissez vous et prenez le pouvoir. Comme vous le savez, Tivaouane, Touba, Médina Baye détiennent la majorité électorale du pays. Ces trois familles ensemble, le tour est joué. Ce faisant, les choses iront plus vite, ce serait plus clair et moins coûteux pour le peuple et peut-être qu’avec vous, il sera mieux loti que guidé parleurs représentants devant Dieu.  Non aux hypocrites complices et lâches.

Le Sénégal mérite mieux que ça.

Nous allons vers la catastrophe si personne ne bouge.

Bien deschoses à vous. Que Dieuvous protège.

Bamba Guèye Lindor

Bamba Gueye Lindor

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*