Hollande serein face à l'hypothèse d'une primaire pour 2017

FRANÇOIS HOLLANDE SEREIN FACE À L'HYPOTHÈSE D'UNE PRIMAIRE POUR 2017Une primaire ouverte à toute la gauche aurait l’avantage de l’unifier, préalable indispensable à une hypothétique victoire.

“Il faut qu’il y ait des primaires non pas au sein du Parti socialiste mais avec la gauche, pour ne pas qu’il y ait trois ou quatre candidats au premier tour”, a dit Marylise Lebranchu.

RASSEMBLER LA GAUCHE

Plombé par une impopularité record et sans résultats économiques probants, François Hollande ne semble en effet avoir guère de chance d’accéder au second tour sans le soutien de sa famille politique et des autres franges de la gauche, des écologistes aux radicaux en passant par des petites formations.

Pour de nombreux analystes, l’enjeu du premier tour est crucial puisqu’il déterminera qui, du candidat du Parti socialiste ou de l’UMP, battra le fer avec la présidente du Front National, Marine Le Pen, assurée à l’aune actuelle des sondages d’atteindre le second tour.

“Celui qui sera contre elle gagnera, c’est cela qui est dans les esprits”, explique un ami du président pour qui le Front national n’est pas en mesure de convaincre une majorité absolue de Français sur son programme, notamment de sortie de l’euro.

La question de la primaire pourrait devenir incontournable lors du congrès du PS début juin 2015, où les frondeurs espèrent imposer une ligne plus à gauche que celle menée par Manuel Valls et à terme, un autre candidat que François Hollande en 2017.

“Si on fait tout le congrès autour de cette question on aura raté le congrès”, s’inquiète néanmoins un conseiller qui redoute de voir la presse faire son miel de cette question sensible et des divisions qu’elle ne manquerait pas d’engendrer.

Reuters

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*