Hollande souhaite élargir la redevance au-delà de la télé

French President Francois Hollande delivers the closing speech at the seminar "Audiovisual, economic force" organised by France's audiovisual regulatory body, the CSA, in ParisPour la première fois, un président de la République se rendait chez le régulateur de l’audiovisuel, le CSA. L’occasion de faire d’importantes annonces. Clôturant un séminaire consacré aux enjeux économiques de l’audiovisuel, François Hollande s’est déclaré favorable à «une assiette plus large et plus juste» pour la redevance audiovisuelle qui participe au financement de l’audiovisuel public. Pointant que l’«on peut regarder les chaînes du service public sur d’autres instruments que le téléviseur», le chef de l’État a estimé que la redevance pourrait à l’avenir s’appliquer aux personnes qui ne possèdent pas de téléviseur, mais regardent des programmes audiovisuels sur leurs ordinateurs, smartphones et tablettes. Une idée défendue par tous les patrons du secteur de l’audiovisuel public, à commencer par Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions.
Virage à 180 degrés

L’élargissement de l’assiette de la redevance n’est pas une taxe sur les smartphones, les PC ou les tablettes. Elle ne s’appliquera qu’aux 3 à 5 % de foyers français qui déclarent ne pas posséder de téléviseur et qui remplissent les conditions d’assujettissement à cette contribution. Selon la règle en vigueur, pour payer la redevance, il faut être soumis à la taxe d’habitation. Les personnes de plus de 75 ans et les handicapés sont exonérés. Au bout du compte, cet élargissement ne touchera pas un grand nombre de foyers, mais ciblera surtout les jeunes gens nouvellement installés.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*