HOMMAGES A BRUNO METSU Bruno le Dunkerquois, Metsu le Sénégalais

HOMMAGES A BRUNO METSU Bruno le Dunkerquois, Metsu le Sénégalais
HOMMAGES A BRUNO METSU Bruno le Dunkerquois, Metsu le Sénégalais
HOMMAGES A BRUNO METSU Bruno le Dunkerquois, Metsu le Sénégalais

En attendant les obsèques nationales à Dakar, la semaine prochaine, selon la volonté du président de la République, Macky Sall, Bruno Metsu a eu droit à un vibrant hommage hier, vendredi 18 octobre à Dunkerque. L’ancien sélectionneur du Sénégal qui a mené les «Lions» à la finale de la Can 2002 et en quart de finale du Mondial de la même année est décédé mercredi dernier, 15 octobre d’une suite d’un cancer.

De l’émotion, il y en avait hier, vendredi 18 octobre 2013, à la salle Pierre Delaporte du Stade des Flandres, lors de la levée du corps de Bruno Metsu, décédé mercredi dernier, à Dunkerque, à l’âge de 59 ans.

Selon le site nord-pas-de-calais.france3.fr, près de 400 personnes, dont les anciens internationaux sénégalais, Pape Bouba Diop et Habib Beye, et les anciens internationaux français, Roger Boli et Sabri Lamouchi, sont venus rendre hommage à l’ancien  sélectionneur du Sénégal, quart de finaliste au Mondial-2002 et finaliste de la CAN de la même année.

Sans occulter l’ambassadeur du Sénégal en France, Paul Badji, présent aux côtés du sénateur-maire de Dunkerque Michel Delebarre (PS), de l’ancien président de Marseille Pape Diouf ou encore de l’entraîneur de Brest Alex Dupont, ami très proche de Bruno Metsu, renseigne une dépêche de l’AFP reprise par Seneplus.com.

“Vous êtes venus de près, de loin, de presque tous les continents pour saluer la mémoire d’un enfant du pays, de votre ville, dont le Sénégal voudrait faire un héros”, a déclaré l’ambassadeur du Sénégal en France.

La cérémonie s’est déroulée à deux pas des terrains de football de l’USL Dunkerque, où Bruno Metsu avait frappé dans ses premiers ballons, parfois pieds nus, comme l’a raconté Alex Dupont, son “frère de coeur”.

Tour à tour, son épouse et sa sœur, Viviane et Véronique, ont témoigné de sa générosité et de son énergie déployée pour combattre la maladie (cancer).
La dépouille de Bruno Metsu doit être transportée “dans quelques jours” au Sénégal, où des obsèques nationales lui sont réservées, a annoncé Paul Badji

«Le Sénégal est son pays de cœur»

Selon un de ses proches, l’ancien entraîneur des “Lions” sera inhumé lundi ou mardi à Dakar, la date n’étant pas encore fixée. “Bruno Metsu a été Sénégalais parmi les Sénégalais. Il a été plus que Sénégalais, il est venu vivre avec le peuple sénégalais la passion du sport-roi, le football, que les Sénégalais aiment tant”, a souligné l’ambassadeur.

“Il n’a pas été qu’un éducateur ou un entraîneur, il a été un véritable Lion qui a su galvaniser l’équipe nationale jusqu’à la révéler au monde”, a-t-il ajouté.

A noter que la cérémonie religieuse initialement prévue en l’Eglise Saint-Eloi de Dunkerque avait été remplacée par cet hommage public, Bruno Metsu s’étant converti à l’Islam. Il s’appelle Abdou Karim Metsu.
“Le Sénégal est son pays de coeur. Il est normal qu’il y repose”, a déclaré à l’AFP sa sœur Véronique.

Ancien milieu de terrain né le 28 janvier 1954 à Coudekerque (Nord), Bruno Metsu a joué en D1 française dans les années 70 et 80 pour Valenciennes, Lille et Nice avant de devenir entraîneur, à Lille, Valenciennes, Beauvais ou encore Sedan. Mais il s’est surtout fait connaître comme sélectionneur en Afrique (Guinée, Sénégal) puis en Asie (Emirats arabes unis, Qatar).

En plus de la place de finaliste de la CAN 2002 et de quart de finaliste du Mondial de la même année avec le Sénégal, il a été champion des Émirats arabes unis en 2003 et 2004 avec l’Al Ayn Club, vainqueur de la Ligue des champions de l’AFC en 2003 avec l’Al Ayn Club, vainqueur de la Coupe crown prince de Qatar en 2005 avec Al Gharrafa Doha, champion du Qatar en 2005 avec Al Gharrafa Doha, vainqueur de la Coupe du Golfe 2007 avec les Émirats arabes unis, vainqueur de la Prince Cup et Finaliste de l’Emir Cup avec Al Gharrafa Doha.

Ce véritable globe-trotter du foot était revenu depuis quelques mois à Coudekerque pour mener son difficile combat face à la maladie.

PLUIES D’HOMMAGES

Macky Sall, président de la République du Sénégal : “C’est un Sénégalais de cœur et d’adoption, un grand meneur d’hommes, un entraîneur à l’expertise avérée. C’est avec une grande émotion que j’ai appris le décès de Bruno Mestsu ancien entraîneur de l’équipe nationale de football du Sénégal. Je présente les condoléances de l’ensemble du peuple sénégalais aux proches du disparu, à sa veuve Viviane Metsu et ses enfants, à tous les sportifs, notamment aux membres de l’équipe de football du Sénégal des années 2002.”
Souleymane Camara, Sénégal 2002 : “”Plus qu’un entraîneur, c’était un grand frère pour nous. Ce que j’aimais surtout chez lui, c’est que quand il fallait travailler, on travaillait, mais que quand il fallait rigoler, on rigolait aussi.”

Papy Djilobodji, international Sénégal : “J’ai eu l’occasion de rencontrer Bruno Metsu il y a quelques années par l’intermédiaire de mon agent. C’est évident que ça fait mal et mes condoléances vont à sa famille. On ne peut que souhaiter pour lui que la Terre lui soit légère. Il a beaucoup fait pour le Sénégal et il nous a beaucoup fait rêver. Lorsqu’il était sélectionneur, j’étais devant ma télévision au Sénégal pour regarder la Coupe du monde en 2002 et le beau parcours des Lions jusqu’en quart de finale. On le remercie pour tout ça.”

Issa Hayatou, président de la CAF : “C’est avec une vive émotion que nous avons appris le décès dans la nuit du lundi 14 au mardi 15 de Bruno Metsu, ancien sélectionneur national du Sénégal. Ancien joueur de Lille et Valenciennes en France, il a embrassé par la suite une carrière d’entraineur qui l’a conduit à la tête de l’équipe nationale du Sénégal avec laquelle il va se révéler au Monde et écrire l’une des plus belles pages du football africain (…) En cette circonstance particulièrement douloureuse, au nom de la Confédération Africaine de Football et de la famille du football africain, le Président de la CAF a adressé ses sincères condoléances à la famille du défunt ainsi qu’à la famille du football sénégalais.”

Valérie Fourneyron, ministre des Sports française : “Bruno Metsu s’est incliné dans ce dernier combat mais restera, dans le souvenir de tous les amateurs de football, celui qui ne renonce jamais, cet infatigable globe-trotter du ballon rond qui pousse toujours les autres à dépasser leurs limites. A sa femme Viviane et à ses enfants, à tous ceux qui ont connu et aimé Bruno Metsu, j’adresse mes plus sincères condoléances et veux les assurer de mon soutien dans cette douloureuse épreuve.”

Pape Diouf, ancien président OM : “J’ai été abasourdi par le décès de Bruno. J’avais largement contribué à son arrivée au Sénégal. C’était un entraîneur très compétent, loin d’être le personnage folklorique que les uns et les autres avaient parfois dépeint. C’était quelqu’un d’une exigence absolue et ce n’est pas par hasard qu’il a obtenu des résultats au Sénégal et au Moyen-Orient où, rappelons-le, il a été l’un des rares entraîneurs à n’avoir jamais été congédié. C’est la preuve qu’il réussissait avec ses méthodes rigoureuses et relevant d’une vraie compétence.”

Alex Dupont, entraîneur Brest : “On était tous au courant que son état de santé s’était encore dégradé. Bruno voulait revenir chez lui. On a donc organisé son retour avec notamment un ami directeur de clinique à Coudekerque. Il est mort là où il est né en somme… Bruno nous a donné une leçon de courage. Il a été comme il était sur le terrain : généreux, combatif, plein d’abnégation. J’ai du mal à parler. C’est mon ami d’enfance. On s’est connus à 8 ans. Si j’avais dû choisir un frère, Bruno aurait été celui-là. Il avait une joie de vivre incroyable et un humour extraordinaire. C’était le roi de la pirouette. Il était aussi vachement soucieux des autres, il avait un cœur gros comme ça. Le foot était sa passion. J’avais passé deux ans formidables avec lui aux Emirats. Lui s’occupait des A, moi, des Olympiques. On imaginait passer un bout de retraite ensemble. Ce ne sera malheureusement pas le cas. Sur le plan sportif, il avait gagné la Ligue des champions de la zone asiatique. C’était une icône là-bas ! Et au Sénégal, je ne vous en parle même pas !”

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*