HUE, MALMENE, INSULTE, MENACE PAR LES PRO-KARIM ME EL HADJ DIOUF MENACE DE DEGAINER

me elhadji diouf_avocatL’expert comptable, Pape Alboury Ndao, qui a déniché les 47 milliards de Karim Wade découverts à Singapour, tout comme son avocat, Me El Hadj Diouf, ont été hués, malmenés, agressés, insultés et menacés hier, jeudi 12 février, par des pro-Karim surexcités après le renvoi du procès. Devant ce fait, Me Diouf, très énervé du comportement des ‘’Karimistes’’, a menacé de tirer sur quiconque les agressera à nouveau.

«Quiconque qui agresse qui que se soit ici sera descendu par El Hadj Diouf. Je les tuerais tous, un à un, avec mon pistolet. S’ils viennent, je les tuerais tous», a lancé Me El Hadj Diouf, en direction de la foule surexcitée des pro-Karim. En effet, hier, jeudi 12 février, à la sortie de l’audience du procès opposant l’expert comptable Pape Alboury Ndao, poursuivi par Karim Wade pour faux et usage de faux, une foule composée de pro-Karim avaient attaqué le prévenu et son avocat, Me El Hadj Diouf. Pape Alboury Ndao et Me Diouf ont été alors hués, insultés et même agressés par ces derniers. Une vive altercation s’en est suivie entre le garde du corps de l’expert et certains protégés de ‘’Wade fils’’. 
 
La situation très tendue a mis hors de lui Me El Hadj Diouf qui a estimé que «les partisans que Karim Wade ne comprennent rien. Ce sont des politiciens, alors qu’ici c’est la justice. La justice demande le sérieux et la sérénité, mais ce sont des militants surexcités». Tirant à boulets rouges sur ces derniers, il les a traités «d’ignares» avant de renchérir : «pour la plupart, ce sont des idiots qui ne comprennent rien».   
 
Se prononçant sur la bagarre entre le garde du corps de son client et les souteneurs de Karim, il a indiqué que ce dernier «a donné un coup de poing car il devait se défendre pour sa vie. Il était en légitime défense». Pour lui, c’est clair et net. «Karim Wade ne peut pas faire pression sur la justice. Il faut que ses militants le sachent. Ce pays n’appartient pas à Karim Wade ni à son père». 
 
A noter par ailleurs que la salle 3 du tribunal de Dakar, devant abriter le procès était trop exigüe pour la circonstance. Les pro-Karim avaient très tôt pris d’assaut la salle, obligeant les journalistes et autres personnes venus suivre le procès intenté par Karim Wade contre Pape Alboury Ndao, à se mettre debout.  

Jean Michel DIATTA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*