INCENDIE AU MARCHE DE RUFISQUE 4 blessés et des dégâts matériels considérables

C’est un nouvel incendie qui s’est encore déclaré au marché central de Rufisque.  L’origine  de l’incendie serait liée à des travaux d’étanchéité entrepris à la suite des pluies qui se sont abattues sur la ville. incidendie-marche_rufisque

Un incendie  très violent  s’est déclaré à la périphérie du marché central de Rufisque.  C’est vers midi qu’un épais nuage de fumée noire a commencé à se dégager d’un immeuble à usage  commercial et d’habitation. Situé  sur l’avenue Ousmane  Socé Diop (ex Gambetta), l’immeuble  est un bâtiment qui date de l’époque coloniale  avec une charpente en bois, un plafond en tuile et un plancher intermédiaire en bois.

Côté bilan, il n’y a pas de pertes en vie humaine, mais quelques blessés par les tuiles qui chutaient après la consumation de la charpente en bois. Ils étaient au nombre de quatre (04), tous des jeunes venus spontanément  apporter leur concours pour l’extinction du feu. Les pertes matériels sont énormes pour l’heure certains parlent  de 20 millions alors d’autres préfèrent être prudents.

La fumée en question a attiré l’attention du commandant Moussa Niang, en service  à la caserne  de Thiès que nous avons trouvé sur les lieux. Il explique ici les circonstances de l’incendie. «C’est au cours du trajet retour sur Thiès que j’ai aperçu la fumée, je me suis dit que c’est un incendie et j’ai bifurqué pour voir. Il s’agit d’un feu de bâtiment à usage  d’habitation et de magasin de construction très ancienne. Il y a eu malheureusement une propagation très rapide qui a fait que le feu s’est étalé de la direction Nord vers le Sud. Les sapeurs sont venus avec deux camionnettes et avaient des difficultés pour maîtriser les flammes. Heureusement qu’ils y sont parvenus. Pour l’instant le feu est maîtrisé, il ne reste que quelques foyers à maitriser», a-t-il souligné.

Cette boiserie a rendu le travail des sapeurs pompiers compliqué. S’y ajoute un vent  soufflant du Nord au Sud  donnant plus d’ampleur aux flammes, alors que la logistique déployée par les  soldats du feu (un camion citerne) se révélait insuffisant pour maitriser l’incendie.

Selon un témoin qui tient un atelier de menuiserie-bois, l’incendie trouve son origine dans des travaux d’étanchéité commandités par un  commerçant qui avait fait les frais des dernières pluies enregistrées sur Rufisque la ville. A en croire Pape Ndiaye,  «c’est un ouvrier déficient mental qui avait été sollicité pour installer une  étanchéité sur la toiture de l’immeuble, mais il n’avait pas assez de matériel.

Après avoir allumé la bonbonne de gaz, il est venu nous emprunter une tenaille. Nous lui avons dit de retourner éteindre le gaz. C’est quelques instants après que nous avons entendu une clameur, avec des gens criant au feu dehors. Alors nous en avons déduit  que c’est lui qui est à l’origine du feu.», a affirmé Pape Ndiaye.

Jusqu’à 14 heures, les sapeurs de la caserne de Rufisque s’affairaient encore au tour des flammes qui étaient certes maitrisées, mais des foyers  se déclaraient  à des endroits différents de l’immeuble bâti sur plus de 500 mètres carrés. Il faut signaler que l’encombrement sur l’artère secondaire de la ville a retardé l’intervention des soldats du feu. Ce qui a ajouté au courroux des commerçants qui ont déversé leur bile sur les autorités municipales de la ville de Rufisque.
Le président  de l’Unacois a déploré la fréquence et la récurrence des incendies au niveau  du marché. C’est pourquoi, Moussa Dia lance à nouveau son cri de cœur à l’endroit des autorités administratives et municipales pour des assises sur le marché central de Rufisque.

La ville de Rufisque ne compte qu’un seul marché, alors que, du fait de l’extension qu’elle a connu, la ville a presque doublé.

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*