INSOLITE:Une employée licenciée pour s'être trop connectée sur Facebook

La cour d’appel de Pau (France) vient d’entériner le licenciement d’une femme, chargée de recrutement dans une agence d’intérim, pour avoir passé trop de temps sur Facebook. Et cette décision pourrait faire jurisprudence, d’après le journal Sud Ouest. En effet, d’autres employeurs pourraient s’en servir pour faire valoir le licenciement de leurs employés trop connectés.

connect facebook

Des connexions à Facebook et à un site de lingerie

 

Tout commence un jour où l’employée, alors absente, oublie d’éteindre son ordinateur… Son supérieur tombe alors sur sa page Facebook. Suspicieux, il demande à un informaticien de fouiller l’historique des connexions. En plus de ces multiples connexions au réseau social, son responsable découvre alors que l’employée gérait également depuis son poste de travail un site de vente de lingerie en ligne.

 

De quoi justifier selon son employeur, les multiples “boulettes” de la salariée dans son travail. Elle déclarait avec retard des contrats d’embauches et “prétendait être débordée quand des explications lui étaient demandées”, explique Me Éric Bourdeau, l’avocat de l’agence d’intérim. Anne-Marie Mendiboure, l’avocate de la salariée licenciée ne nie pas les faits, mais rétorque que les connexions ne dépassaient pas, à chaque fois, quelques minutes. “Ce n’était pas pire qu’une pause cigarette !” ajoute-t-elle.

 

Pas d’inquiétude en cas d’usage raisonnable

 

Les juges ont, eux, estimé que le licenciement était justifié. Les magistrats ont tenu à préciser que c’est l’usage abusif du site communautaire couplé à l’activité commerciale qui a justifié leur décision, car “durant ces périodes, elle ne pouvait se livrer à son travail au sein de l’agence”. Pas d’inquiétude donc à avoir, si vous utilisez Facebook de manière raisonnable… et que cela ne se ressent pas sur votre travail.

(rumeursdabidjan)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*