INVESTISSEMENTS – Le pays a bloqué la cimenterie de Pout : Le Sénégal loupe les 7 500 milliards de Dangote

Les 2 500 milliards de francs Cfa qu’il a consacrés à la construction d’un certain nombre de cimenteries à travers l’Afrique ne lui suffisent pas. Aliko Dangote, l’Africain le plus riche, veut investir trois fois ce montant dans divers projets sur le continent.Aliko-Dangote

Malheureusement, il est quasiment incertain que le Sénégal, qui a tant besoin de finances pour se développer, puisse en bénéficier ? La cause ? Le conflit foncier de Pout que les pouvoirs publics laissent traîner en longueur, au grand dam des populations.

(avec Agence Ecofinance) – Ses investissements sont bloqués au Sénégal depuis plusieurs mois, mais cela n’empêche pas Aliko Dangote d’avancer et de rester optimiste quant à l’Afrique. Le magnat des affaires nigérian a annoncé qu’il prévoit  d’investir près de 15 milliards de dollars en Afrique dans les quatre ou cinq prochaines années. «Au cours des  quatre ou cinq prochaines années, nous allons investir près de 15 milliards de dollars au Nigeria et ailleurs sur le continent. C’est un montant énorme», a déclaré le patron du groupe Dangote, sans autre précision. Au cours actuel du dollar, cela fait environ 7500 milliards de francs Cfa. Plus de trois fois le budget du Sénégal !
L’homme le plus riche d’Afrique, qui s’exprimait lors d’une réunion organisée à  l’Université de Soweto, le célèbre township d’Afrique du Sud, en marge de la visite du président américain Barack Obama, a rappelé que son groupe a investi 5 milliards de dollars dans le seul secteur du ciment durant les deux dernières années.  «C’était juste un avant-goût destiné à faire comprendre aux investisseurs que le fait faire des affaires en Afrique représente désormais une grande opportunité», a-t-il déclaré.
Malheureusement, en ce qui concerne le Sénégal, la cimenterie qu’il a fait construire à Pout, à environ 60 kms de Dakar, n’est pas encore achevé, du fait d’un conflit foncier l’opposant aux héritiers du défunt chef religieux mouride, Serigne Saliou Mbacké. Ces derniers reprochant à l’homme d’affaires d’avoir empiété sur environ 125 ha de terres leur appartenant, ont pu obtenir de la justice qu’elle fasse arrêter les travaux, jusqu’à ce que le litige soit tranché par les tribunaux. Or, depuis plusieurs mois que cela dure, le manque à gagner commence à devenir lourd. Et pas que pour Dangote.
Dernièrement, des habitants de Pout, dont de nombreux jeunes espèrent pouvoir trouver à s’employer dans l’usine, ont initié une marche de protestation, pour demander la levée de la mesure de suspension de construction de l’usine.
Pour sa part, le  premier africain à peser plus de 20 milliards de dollars selon le dernier classement du magazine Forbes a estimé qu’il est grand temps pour les investisseurs  de saisir les opportunités offertes par un continent qui commence à récolter les dividendes démographiques. «On parle d’un  continent d’un milliard de personnes, soit un peu moins que la population chinoise.  C’est dire qu’il y a beaucoup de choses à faire ici en Afrique», a-t-il précisé, notant que le retour sur investissement, sur le continent, s’élève en moyenne à plus de 30%.
Aliko Dangote a notamment évoqué les opportunités qui se présentent dans le secteur de l’agriculture.  «La population  mondiale va franchir le cap de 8 milliards dans les deux prochaines années alors que les terres arables manquent cruellement dans toutes les régions du monde, sauf en Afrique»,  a-t-il expliqué. En dehors de ciment, les investissements de Dangote dans le domaine du sucre sont très importants au Nigeria. Sa raffinerie de sucre de Lagos fournit environ la moitié du sucre consommé dans le pays. Il a par ailleurs construit une usine de transformation de sucre au Ghana, qui va raffiner du sucre produit dans le pays même. Un projet similaire existe au Sénégal, mais il est suspendu à la résolution du contentieux de Pout.
mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*