Israël, le Royaume-Uni, l'OPEP et le FMI espionnés par l'Allemagne

ob_18e85f_1023888089Alors qu’en 2013, le scandale de la mise sur écoute de la chancelière allemande Angela Merkel par l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) a provoqué de fortes tensions entre Berlin et Washington, c’est l’Allemagne qui est désormais plongée dans un scandale d’espionnage.

Le renseignement extérieur allemand (BND) a espionné plusieurs partenaires occidentaux de l’Allemagne ainsi que des organisations internationales, rapporte l’hebdomadaire Spiegel qui se réfère à ses propres sources sans préciser les délais des écoutes.

Selon le journal, à des époques différentes, les services secrets allemands ont mis sur écoute la chancellerie du premier ministre israélien, les ministères de l’Intérieur de l’Autriche et de la Belgique, le ministère britannique de la Défense et le département d’Etat américain.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Fonds monétaire international (FMI) et l’Administration nationale américaine de l’aéronautique et de l’espace (NASA) figuraient également parmi les cibles des écoutes allemandes.

Cette information a éclaté au grand jour grâce au travail de la commission d’enquête du Bundestag, formée suite aux révélations de l’ancien agent de la NSA, Edward Snowden. En 2013, le scandale de la mise sur écoute de la chancelière allemande Angela Merkel par la NSA a provoqué de fortes tensions entre Berlin et Washington.

“L’espionnage entre amis, cela ne va pas du tout”, s’était alors indignée Mme Merkel.

Et voilà que les médias allemands révèlent que les services de renseignement extérieurs allemands ont eux aussi espionné des pays alliés. Rappelons que la chancellerie allemande est chargée de contrôler les activités des services secrets, ce qui place Mme la Chancelière dans une position particulièrement inconfortable.

D’après Spiegel, le BND a également écouté les téléphones de hauts responsables européens, notamment de Catherine Ashton quand elle occupait les postes de Haute Représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et de vice-présidente de la Commission européenne.

Selon Deutsche Welle, le renseignement allemand aurait également essayé de mettre sur écoute le secrétaire d’Etat américain John Kerry, en vain. L’écoute du téléphone portable du chef de la diplomatie américaine visé a échoué à cause d’une erreur dans la composition de son numéro (les services secrets allemands ont en fait composé un numéro en Afrique). Le BND s’est alors retourné sur un autre téléphone du secrétaire d’Etat, plus précisément sur celui qu’il utilise pour les affaires en lien avec le département d’Etat.

Toujours est-il que l’espionnage entre alliés est une pratique courante en Occident. En juin dernier, WikiLeaks a notamment divulgué l’information selon laquelle entre 2006 et mai 2012, l’Agence nationale de sécurité américaine avait intercepté les contacts téléphoniques et électroniques des présidents français Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ainsi que de leurs proches conseillers.

Source

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*