Jeu de dupes entre l’Apr et le Ps

03a23d7d5bbb9010b2959c545790efb2Les échanges verbaux acerbes entre l’Apr et le Ps ne semblent pas augurer d’un compagnonnage qui puisse survivre jusqu’à la prochaine présidentielle. Leur alliance est mise à rude épreuve par les dernières déclarations amères que les deux formations politiques se sont échangées. Aujourd’hui, le parti au pouvoir (Apr) et le Parti socialiste (Ps) semblent désormais se mener une guerre latente. Le nœud du problème : la question de la candidature à la présidentielle prochaine.

Le parti de Tanor présentera-t-il vraiment un candidat contre Macky Sall à la prochaine élection présidentielle? Là était la grande question pour les militants de l’Apr.

«Il est temps d’arrêter les tergiversations. La mise en place d’une coalition pour la réélection de Macky Sall en 2017, c’est maintenant et pas demain. Il faudra que chacun se détermine», avait déclaré Mahmoud Saleh, directeur de cabinet politique de Macky Sall. La réponse du Parti socialiste ne s’est pas faite attendre. «Le Ps présentera un candidat en 2017», a répliqué le secrétaire général des “verts”, Ousmane Tanor Dieng, lors du comité central de son parti. Une réponse qui n’a pas du tout plu au camp présidentiel. Qualifiant l’attitude du Ps de «typique à l’ingratitude», la coalition Macky 2017 demande «le départ de tous les ministres socialistes du gouvernement». L’ancienne première ministre, Aminata Touré, s’est elle aussi, invitée à la danse. Elle confirme les propos de son camarade de parti Saleh. Plus amère, elle met l’accent sur le fait qu’il s’agit bien «d’une réélection de Macky Sall en 2017, mais pas d’une inversion de la situation». Elle, tout comme Mahmoud Saleh, ne digère pas qu’il puisse y avoir un successeur à Macky Sall, provenant de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Pour Mimi, il est «inconcevable» que ceux qui avaient soutenu Macky Sall, retournent leur veste pour s’opposer à lui. Ces propos des deux partisans du président ont attisé le feu.

Aujourd’hui, la guéguerre semble s’être désormais installée et risque de perdurer, si la question de la candidature n’est pas réglée. Et Macky dans tout ça ?

Le principal concerné ne semble pas pressé d’annihiler cette crise qui grippe les relations entre les deux partis et installe le désordre dans la coalition. Lui qui avait prôné la fameuse formule du «on gagne ensemble, on gouverne ensemble», serait-il en train de jouer à un double jeu, soufflant le chaud et le froid. Pourquoi a-t-il désavoué Mahmoud Saleh par l’entremise du porte-parole de l’Apr, Seydou Guèye, et appelé Tanor Dieng pour se désoler des propos de son directeur de cabinet politique ? Il y en a qui pense que Macky ne veut pas prendre l’initiative d’une rupture, de peur d’en récolter les contrecoups politiques. Raison pour laquelle, il se s’entoure pas de fioritures en prenant fait et cause pour Tanor et en désavouant les propres joueurs de son camp.
Pourtant, tout le monde sait aujourd’hui que le Ps à l’Apr n’ont qu’une unité de façade.

Par SenewebNews

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*