John Kerry dit à Abbas d’être patient car Trump va être éliminé

Encore une info que seule la « fâcheuse sphère » aura la liberté de diffuser. Selon le quotidien israélien de gauche Ma’ariv, l’ancien secrétaire d’État John Kerry a dit à Abbas de « jouer le temps », et « de ne pas céder aux exigences de l’adversaire »en parlant du président Trump, « parce qu’il ne sera pas en fonction encore longtemps »

John Kerry a récemment rencontré à Londres Hussein Agha, un proche associé du « président » (il n’a plus cette fonction depuis 10 ans) de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et lui a dit que le président Donald Trump serait démis de ses fonctions « d’ici un an ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La réunion, qui aurait immédiatement été dénoncée comme une haute trahison et aurait fait le tour du monde des médias si elle avait visé un président démocrate– alors que là, la presse mondiale s’empressera de ne pas en parler– s’est tenue pendant que le vice-président Mike Pence était en visite au Moyen-Orient.

Ma’ariv, qui est un média de gauche et pourra difficilement être accusé de servir l’extrême droite sioniste israélienne, a révélé que M. Kerry a demandé à M. Agha de transmettre un message à M. Abbas. Il lui a dit que M. Abbas devait « jouer le temps » et « ne pas céder aux exigences du président Trump parce qu’il y a de bonnes chances pour qu’il ne soit pas président encore longtemps ». On peut supposer que Kerry faisait référence à l’acharnement du Deep State pour obtenir l’impeachment de Trump sur le dossier russe, une accusation d’obstruction à la justice, ou sa santé mentale.

Il faut rappeler ici qu’Abbas a refusé de rencontrer le Vice-Président Pence pendant son voyage, citant la « déclaration sur Jérusalem », lorsque le Président Trump a pris la décision historique de reconnaître que Jérusalem est la capitale d’Israël. Dans l’annonce, il a déclaré que cette décision était « la chose à faire attendue depuis longtemps » et « la bonne chose à faire », ajoutant qu’Israël « comme toute autre nation souveraine a le droit de choisir sa capitale ».

Lire plus

In the Spotlight

Aimez-vous le visage de la nouvelle Marianne ?

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Ce n’est pas une FEMEN, c’est déjà une réussite La nouvelle Marianne, dévoilée jeudi par Emmanuel Macron est représentée de profil, les cheveux au vent, coiffée d’un bonnet phrygien bardé d’une cocarde et le regard [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*