JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE CANCER LE SENEGAL ENGAGE LE DEPISTAGE NATIONAL ET LE TRAITEMENT DU CANCER DU COL DE L’UTERUS

Marie Colle SeckLe cancer, un fardeau mondial, constitue l’une des premières causes de mortalité dans le monde, avec 8,2 millions de décès chaque année dont 4 millions prématurément entre 30 et 69 ans. Pour marquer la célébration annuelle de la journée de sensibilisation mondiale contre cette maladie qui ronge les organes affectés, le Sénégal vient de franchir encore un nouveau palier en annonçant le déroulement, dés 2015, d’un programme quadriennal de dépistage du cancer du col de l’utérus.

La décision a  été annoncée hier, lors de la cérémonie de célébration par le Secrétaire général du ministre de la Santé et de l’Action sociale, devant les représentants de l’OMS, des partenaires et  des acteurs nationaux.
Pour Moussa Mbaye, représentant le ministre, il s’avère urgent de prendre des mesures permettant de sensibiliser l’opinion sur la maladie et de développer des stratégies pratiques afin de répondre au problème que pose le fardeau du cancer. Ce qui lui a permis de dire que le thème de cette journée, «cancer et mode de vie sain», met l’accent sur la problématique liée aux facteurs de risque comportementaux pouvant conduire à certains cancers. 
 
L’ignorance et les mauvaises habitudes soutenues par les publicités tapageuses portent, selon lui,  un mauvais coup à l’adoption de comportements sains par les populations.
C’est pour cela qu’il a estimé que la prévention demeure donc la stratégie de lutte la plus efficiente, surtout dans nos pays en voie de développement, si l’on sait que la mise en œuvre de stratégies de prévention et de détection précoce permettrait d’éviter 30 % des décès liés aux cancers.
A cet égard, il a exhorté les Sénégalais à lutter contre les facteurs de risque tels que l’usage du tabac, l’inactivité physique, la consommation d’alcool, l’alimentation pauvre en fruits et légumes. 
 
Le secrétaire général de profiter également de cette journée pour annoncer la décision tant souhaitée de démarrer, en 2015, un programme quadriennal de dépistage du cancer du col de l’utérus avec la stratégie «dépister et traiter». Avec cette nouvelle démarche plus radicale, toutes les femmes qui révèleront des lésions précancéreuses seront immédiatement traitées par la cryothérapie.
En plus de cette opération de consultation générale, l’Etat s’est engagé à améliorer l’accès aux médicaments anticancéreux désormais inscrits sur la liste des médicaments essentiels. 
 
Pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, l’Etat a décidé, en sus, de dégager une subvention spécifique en voie d’être mise en place pour en renforcer l’accessibilité, c’est-à-dire réduire le coût très onéreux du traitement. Reste la mise en place d’un Centre national de référence contre le cancer et la création de  pôles régionaux pour décentraliser la prise en charge pour asseoir les conditions maximales d’amélioration des soins.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*