Jugement des co-accusés de Habré : Washington valide le verdict de Ndjamena

Les Etats-Unis semblent se plier devant la volonté de Ndjamena de faire juger les Mahamat Djibrine et Saléh Younous au Tchad et non à Dakar comme le souhaitent les Chambres africaines extraordinaires.

L’ambassadeur américain, Stephen Rapp, à la sortie d’une audience avec Macky Sall, a dit que cela ne posait pas problème avant d’annoncer le procès de Habré dans les premiers mois de 2015. 

Les Etats-Unis ont-ils cédé devant la détermination des autorités tchadiennes ?

La sortie de l’ambassadeur itinérant américain en charge des crimes de guerre, Stephen J. Rapp, donne la réponse à cette question. Après son audience avant-hier avec Macky Sall, il a soutenu que le non-transfèrement de deux co-accusés de Hissein Habré ne posait pas problème.

Il donne même carte blanche aux autorités tchadiennes de juger Saleh Younous et Mahamat Djibrine dit El Jonto considérés comme d’éminents membres de l’appareil de répression de l’ex-chef de l’Etat tchadien.

Il dit : «Nous avons discuté de la situation avec les autorités tchadiennes (…) Il y a une situation avec un autre procès au Tchad où les autorités tchadiennes ont accusé une vingtaine de personnes. Parmi ce groupe, figurent deux personnes visées par les Chambres africaines extraordinaires, c’est nécessaire de régler la situation.»

Il lève les équivoques sur d’éventuels blocages sur le procès de Habré même si cette décision de Ndjamena viole l’accord judiciaire signé avec les Cae.  : «Je pense que c’est possible de juger Habré au Sénégal et les autres au Tchad avec les garanties de respect pour les droits de l’Homme et les droits de la défense.» Dans la même veine, Stephen Rapp a aussi annoncé le procès de l’ancien Président du Tchad, Hissein Habré, «dans les premiers mois de 2015».

 Il faut rappeler que le procureur près des Chambres africaines extraordinaires avait, pour sa part, annoncé la fin de l’instruction en fin janvier 2015. 

L’ambassadeur itinérant en a profité pour louer «les efforts du Sénégal comme pays à la pointe de la justice pénale internationale en Afrique». C’est pourquoi, souligne-t-il, «les Etats-Unis soutiennent l’effort du gouvernement sénégalais pour l’organisation de ce procès. Le chef de l’Etat est prêt à travailler pour montrer que la justice est possible en Afrique».

Procès de Habré en 2015
L’Administration Obama a soutenu la campagne des victimes pour traduire Hissein Habré en justice. Les Etats-Unis ont contribué à hauteur de 500 millions de francs Cfa, au financement des Chambres africaines extraordinaires. 

Habré est accusé de milliers d’assassinats politiques et de l’usage systématique de la torture au Tchad pendant son régime, de 1982 à 1990. Il a été renversé par l’actuel Président tchadien Idriss Déby Itno et a fui au Sénégal, où il vit en exil, alors que ses victimes mènent depuis 24 ans une longue campagne pour le traduire en justice. 

  • Écrit par  Ngoundji DIENG

ndieng@lequotidien.sn

In the Spotlight

Macky Sall, le Gourou de la Mal Gouvernance Familiale, coloniale : ou le Gouverneur-Falsificateur Lave À Grande Eau ses Péchés Originels À Paris et les Dessous contre l’extrémisme Sur Internet. Par Ahmadou Diop.

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

Pour une première fois, le président de la République a choisi d’emprunter le vol régulier d’Air Sénégal pour se rendre à Paris, le mardi 14 mai 2019,  titre  pompeusement  une certaine sarabande moutonnière, empestée, mensongère, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*