KALIDOU DIALLO SUR LE CONSEIL PRÉSIDENTIEL SUR LES ASSISES DE L’EDUCATION :MACKY SALL DEVRAIT TENIR COMPTE DE LA DONNE DES CONCLUSIONS D’INCHEAN

kalidou-dialloGrandPlace Le Forum international sur l’éducation qui vient d’être bouclé à Inchean, en Corée du Sud, a réuni l’ensemble des ministres en charge de l’éducation. Pour cerner les contours de la déclaration sanctionnant cette rencontre de haut niveau où le Sénégal a brillé par son absence, e Pr Kalidou Diallo a accepté de décrypter pour Grand’Place, les nouvelles orientations que les décideurs du mode entier, ont donné à ce secteur stratégique pour le développement. Président de l’Association d’appui au développement et à la qualité de l’éducation pour Tous (Adeqet / Afrique) et ancien ministre de l’Education Nationale, il invite le Chef de l’Etat, Macky Sall à réajuster la politique du Sénégal en la matière.

Quelle importance doit-on accorder à ce Forum tenu en Corée du Sud ?

Apres Jomtien en Thaïlande en 1990, qui a vu la naissance du mouvement de l’Education Pour Tous (Ept) et de la réduction du taux d’analphabétisme et, en 2000, avec le Forum mondial sur l’éducation de Dakar, qui a pré- cisé les six objectifs de l’Ept, défini l’échéance de 2015 et préparé les Objectifs du Millénaire pour le Développement (Omd) adoptés par les Nations-Unies, la communauté internationale, sous l’égide de l’Unesco, s’est encore une fois retrouvée à Inchean, en Corée du Sud du 19 au 22 mai 2015. Le forum d’Inchean vient d’adopter une déclaration sur l’avenir de l’éducation avec une vision pour les 15 prochaines années.

Quel est le sens de cette dé- claration ?

Il est question de l’agenda 2030, pour une éducation équitable, inclusive de qualité et un apprentissage tout au long de vie, pour tous. Ces nouveaux concepts ont été conçus à la confé- rence de l’Unesco de novembre 2013. Mais également par la Confemen, bras technique de l’Oif dans le secteur de l’éducation, pendant plusieurs assises, surtout lors de la dernière réunion ministérielle tenue à Abidjan en Côte d’Ivoire, en octobre 2014. Le Forum d’Inchean a reconnu que l’Ept et les Omd ont connu des avancées significatives mais sans atteindre l’objectif d’accès universel à l’enseignement primaire. L’agenda prévoit qu’avant la fin de l’année 2015, les gouvernements doivent adopter le cadre d’action d’Inchean et définir une feuille de route fondée sur l’efficacité des financements, la responsabilité, la transparence et la gouvernance participative.

La mise en œuvre de ces nouvelles initiatives bénéficierat-elle de l’accompagnement des partenaires techniques et financiers ?

Le Groupe de Banque mondiale principal fournisseur d’aide public au développement de l’éducation devra sans doute dé- finir ses priorités d’appui à partir de ces critères. De grandes personnalités de la communauté éducative internationale ont exprimé des convictions très fortes, lors de la cérémonie de clôture de ce Forum, présidée par le VicePremier ministre, ministre de l’Education Nationale de la République de Corée du Sud. La présidente de l’internationale de l’éducation (IE), la plus grande intersyndicale mondiale de l’enseignement, avec plus de 30 millions d’adhérents, a plaidé pour une éducation gratuite, publique et de qualité, qui ne peut être garantie que par des enseignants bien formés, qualifiés, motivés et soutenus. La Secrétaire générale de l’Oif, Michaëlle Jean a rendu un vibrant hommage à Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco et fait un brillant plaidoyer en direction des enfants et de la jeunesse. Pour elle, investir dans l’éducation, c’est investir pour la stabilité mondiale, c’est investir pour la prospérité mondiale. Son organisation qui est une passerelle, ditelle, entre 80 Etats et gouvernements sur 5 continents, lance un appel aux bailleurs, aux Ong, aux Etats et aux entreprises pour soutenir l’éducation des enfants et des jeunes. Unicef, Onu-Femmes, Haut-commissariat pour les Nations-Unies, Pacte mondial pour les Nations-Unies, Forum des Nations-Unies pour la population et Kishore Sigh, rapporteur spécial pour le Droit à l’éducation, n’ont pas été en reste.

Cette démarche implique donc le monde entier, quel place pour le Sénégal alors ?

Le président de la République, Macky Sall devrait certainement, pour renforcer et mettre en œuvre sa vision dans le domaine straté- gique de l’éducation, secteur devant fournir les ressources humaines qui doivent porter le développement du Sénégal, tenir compte de cette nouvelle donne mentionnée dans les conclusions du Forum d’Inchean, et ajuster ainsi le Programme Paquet, dans la perspective du prochain Conseil présidentiel sur les Assises de l’éducation et de la formation, prévu le 9 juillet prochain. 

Babacar M. MBENGUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*