Kaolack : Ansoumana DIONE a rencontré la famille de la malade mentale qui a tué sa nièce de 2 ans.

Comme annoncé dans la presse, le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), Ansoumana DIONE, a rencontré à Kaolack, ce vendredi 23 décembre 2016 vers 10 heures 30 minutes, la famille de la malade mentale qui a tué sa nièce de 2 ans, en lui fracassant la tête contre le mur de la chambre dans laquelle elle dormait.

Ainsi, après avoir remis le soutien symbolique de l’ASSAMM à Mame Fatou BITEYE, mère de la malade mentale nommée Amy BITEYE, le défenseur des malades mentaux a exprimé tout son regret et sa compassion pour ce triste drame arrivé à cette famille lourdement éplorée. Concernant, la malade mentale, elle a été conduite ce jeudi 22 décembre 2016, par les Sapeurs-pompiers de Kaolack au centre de santé mentale, Dalal Xeel de Fatick.

Ce qui, pour Ansoumana DIONE n’est pas du tout normal, puisque c’est à l’Hôpital psychiatrique de Thiaroye qu’elle devait être transportée même si, par ailleurs, c’est dans cette structure privée, précité qu’elle fesait ses traitements. 

Également, Ansoumana DIONE a fermement fistugé devant la presse locale, le mutisme et le mauvais comportement des autorités sanitaires dont plus partuculièrement le Ministre Awa Marie Coll SECK qui ne fournit aucun effort pour l’amélioration des conditions de vie des malade mentaux sénégalais.

Aussi, n’a t-il pas manqué de s’en prendre à la Psychiatrie qui, selon lui, a une large part de responsabilité dans cette grave situation très délétère que vivent arbitrairement les malades mentaux et leurs familles, pour n’avoir rien fait pour améliorer les traitements et surtout pour l’inclusion des soins de santé mentale dans le sytème sanitaire.

C’est la raison pour laquelle, Ansoumana DIONE interpelle le Président Macky SALL pour l’élaboration et le déroulement d’une politique de santé mentale dont l’absence demeure et reste la cause principale de tels actes regrettables qui ne cessent malheureusement de se répéter à chaque fois dans notre pays.

Normalement, au moins, chaque Hôpital régional devait disposer d’un service de psychiatrie pour permettre aux populations d’avoir facilement accès aux soins et aux médicaments, pour ne citer que cette mesure parmi tant d’autres. Aujourd’hui, nombreuses sont les maladies qui ont été maitrisées comme le paludisme, par exemple, mais pour ce qui est des maladies mentales, les problèmes vont toujours de mal en pis et cela est inadmissible. 

Maintenant, pour le cas des malades mentaux errants, l’espoir est permis avec le document de l’ASSAMM que les femmes de l’APR et de Benno Bok Yakaar vont transmettre, par le biais du Ministre conseiller spécial du Président de la République, Madame Marième BADIANE, au chef de l’Etat Macky SALL.

D’ailleurs, pour rappel, Ansoumana DIONE a tenu à déclarer à qui veut l’entendre, son engagement total à soutenir le Président Macky SALL pour sa réélection à la présidentielle de 2019, en réponse à ce soutien de taille obtenu tout récemment de ce proche collaborateur du chef de l’Etat.

Kaolack, le 23 décembre 2016, Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) – Tel: 77 550 90 82 – 70 745 88 47

Interdiction de feux d’artifice: une mesure anticonstitutionnelle selon Ansoumana DIONE.

Le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), Ansoumana DIONE n’est pas du tout d’accord avec l’arrêté du Ministre de l’intérieur et de la Sécurité Publique, Monsieur Abdoulaye Daouda DIALLO, portant l’interdiction de l’usage des feux d’artifice à l’occasion des fêtes de cette fin d’anné 2016, pour prévenir des troubles à l’ordre publique. Pour le défenseur des malades mentaux, cette disposition est totalement illégale, arbitraire, anticonstitutionnelle et constitue d’ailleurs en elle-même une source de troubles à l’ordre publique.

La liberté d’expression étant garantie par la Constitution, son rôle est plutôt d’encadrer la population qui doit exprimer sa joie d’entrer en toute beauté dans cette nouvelle année 2017. D’ailleurs, parmi les 19 recommandations de l’Atelier sur la criminalité que nous avions organisé le 21 novembre 2016, figure la culture de paix. Et, non seulement que cette soirée récréative du 31 décembre 2016, recadre bien avec cela, elle mais constitue aussi et surtout un exutoire pour soulager les nombreux coeurs meurtis et apaiser également les esprits, gagnés par le stress, entre autres.

Comment peut-on, après avoir tout récemment reconnu que notre pays ne connait pas de problème d’insécurité, proposer de telles mesures d’interdiction? C’est pourquoi, nous demandons au Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Monsieur Abdoulaye Daouda DIALLO, de bien vouloir revoir cette si mauvaise idée irréfléchie du Directeur Général de la Police qui n’a aucun droit de porter atteinte à notre liberté d’expression. Et, au contraire, c’est eux-mêmes qui devraient être sanctionnés par la loi au cas où ils se permettraient d’interdire aux citoyens qui seront dans leurs droits de manifester leur joie en ces moments uniques et très solennels.

Rufisque, le 25 décembre 2016
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) – Tel: 77 550 90 82 – 70 745 88 47

In the Spotlight

Affaire Khashoggi : Riyad accusé et acculé

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La police turque a pu pénétrer dans le consulat saoudien à Istanbul, dans la nuit de lundi à mardi pour procéder à des fouilles. Photo Bulent Kilic. AFP Après avoir nié l’évidence, l’Arabie Saoudite semble [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*